Hublo : ouvrir une fenêtre sur la gestion des remplacements

Paris, le samedi 3 octobre 2020 - L’épidémie de Covid-19 a rappelé de façon aiguë la nécessité pour l’hôpital de pouvoir s’appuyer sur des outils de gestion dynamiques, capables de traiter rapidement des informations émanant de sites multiples, afin d’optimiser la répartition des ressources humaines et matérielles. Différents logiciels ont été déployés qui ont fait la preuve de leur efficacité. Ainsi, les start up Whoog (basée à Sophia Antipolis) et medGo (Paris) ont allié leur savoir-faire pour déployer la plateforme #Renforts-Covid en partenariat avec les onze Agences régionales de santé métropolitaines. Déjà adoptée par de nombreux établissements hospitaliers publics, l’application Whoog contribue à la mise en relation des centres avec un pool de praticiens volontaires (soit appartenant à l’établissement, soit à d’autres établissements proches), afin de faciliter les remplacements. Le système medGo est comparable mais s’adressait prioritairement à des structures privées (cliniques, établissements hébergeant des personnes âgées dépendantes…).

L’épidémie a convaincu les responsables des deux dispositifs de s’unir. « C'était devenu une évidence d'arrêter d'être concurrents alors que nous faisons la même chose » résume Guerric Faure, fondateur de Whoog, cité par plusieurs journaux économiques cet été. La collaboration a survécu au pic épidémique, puisque les deux entités sont désormais fondues au sein d’une seule marque : Hublo. Cette plateforme est riche d’un vivier de 200 000 professionnels de santé pouvant répondre aux demandes des établissements utilisateurs, qui sont aujourd’hui 1500. Actuellement, ce service permet d’organiser environ 5 000 missions de remplacement par jour.

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article