Le meilleur cobaye pour échauffer les esprits !

Paris, le samedi 29 juillet 2023 — Andi est un robot comme les autres, à l’exception qu’il est capable de transpirer.

L’ONU l’a confirmé il y a quelques jours : le mois de juillet 2023 a été le plus chaud jamais enregistré sur la planète. 45 °C à Rome et à Naples, 48 °C en Sicile, un peu plus de 42 °C dans l’Arizona et presque 55 °C au cœur de la Vallée de la Mort, aux États-Unis…

Des températures extrêmes qui incitent les scientifiques à s’interroger plus précisément sur la façon dont le corps humain va être amené à les supporter dans le futur, alors que les effets du réchauffement climatique entraîneront des canicules de plus en plus dures et de plus en plus fréquentes.

C’est pourquoi des chercheurs de l’Arizona State University ont modifié le robot humanoïde Andi, initialement mis au point par la société Thermetrics pour tester l’efficacité de vêtements sportifs. Les scientifiques en ont fait le tout premier robot d’extérieur capable de marcher, de respirer et… de transpirer.

Des capteurs connectés pour évaluer la diffusion de la chaleur

Andi possède 35 zones thermiques indépendantes, toutes équipées de capteurs connectés. Ceux-ci permettent aux scientifiques de mieux comprendre comment la chaleur se diffuse dans son « corps », sachant qu’il est également pourvu d’un système de refroidissement doté de « pores artificielles », qui lui donnent la possibilité de transpirer comme un vrai être humain. Ces capteurs calculent en outre le rayonnement solaire, la température ambiante ou encore le rayonnement infrarouge du sol.

Mais Andi peut aussi respirer : il dispose d’un réservoir externe mesurant l’échange d’air chaud. Toutes ses caractéristiques font de lui le parfait cobaye pour tester les effets des températures extrêmes sur le corps humain. Le mannequin peut ainsi supporter des températures allant jusqu’à 60 °C !

Andi, enfin, est capable de marcher, les scientifiques de l’Arizona State University peuvent donc laisser le robot déambuler dans la chaleur étouffante de Phoenix pendant plusieurs heures afin de mieux comprendre comment il transpire et comment l’hyperthermie peut avoir un impact sur l’être humain.

Un cobaye robotique plutôt qu’un être humain

Évidemment, tout l’intérêt d’Andi, le robot qui transpire, est de ne pas avoir à utiliser de cobaye humain pour comprendre les effets de la chaleur sur l’homme. « Personne n’étudie l’augmentation de la température du corps pendant que quelqu’un subit un coup de chaleur », nous rassure Konrad Rykaczewski, professeur d’ingénierie mécanique impliqué dans le projet « Andi » et interrogé par nos confrères de RFI.

L’une des particularités importantes de ce robot est que les chercheurs sont en mesure de modifier certains paramètres, permettant de simuler différents âges ou états de forme physique. Il devrait aussi être possible de créer des « jumeaux numériques » du mannequin pour étudier d’autres segments de la population, explique Jennifer Vanos, une climatologue qui travaille également sur le projet.

Et concrètement, Andi sera surtout utile pour la conception de vêtements adaptés aux très fortes chaleurs, mais aussi pour la conception des bâtiments.

Raphaël Lichten

Copyright © 2023 JIM SA. Tous droits réservés.

Réagir

Vos réactions (1)

  • Et l'on veut

    Le 01 août 2023

    légiférer sur la fin de vie !

    Dr J-P Vasse

Réagir à cet article