Une « trompette » pour se reprendre en main

Paris, le samedi 30 avril 2022 - A la phase aiguë l’AVC est une urgence mais on estime que 10 à 15 % seulement des malades bénéficient d’une thrombolyse ou d’une thrombectomie.

A la phase chronique (au-delà de 6 mois), l’AVC est la première cause de handicap physique acquis en Europe, et la moitié des patients, dont 20 % ont moins de 65 ans, gardent des séquelles touchant la préhension fine et la dextérité. Fermer un bouton de chemise, une fermeture éclair, lacer ses chaussures ou manipuler des objets devient impossible ou très difficile.


La kinésithérapie rééducative a ses limites, notamment pour le travail individualisé des doigts.

 
Dans le magazine de l’Inserm, un article présente le fruit du travail conjoint de chercheurs (Institut de psychiatrie et neurosciences de Paris) et d'ingénieurs (Sensix) pour favoriser cette rééducation.

Trompette et jauges de couleur

Son nom est chic et évocateur : Dextrain Manipulandum, un appareil capable non seulement d’évaluer mais aussi de rééduquer, est le lauréat du concours Innovation handicap Sofmer* 2021.

Alors que les techniques classiques évaluent qualitativement la motricité, les cinq composants de la dextérité sont ici quantifiés : force, indépendance des doigts, temporalité du mouvement, vitesse du geste et apprentissage de séquences de mouvements. Sur une sorte de boîte métallique sont installés, en position ergonomique pour chacun des doigts, des boutons/pistons évoquant ceux d’une trompette.

Connecté à une tablette qui exprime les différents résultats en direct, le dispositif permet une évaluation fine, mais aussi (et surtout, c’est le but), une rééducation tout aussi précise et individualisée ; l’effort musculaire du doigt est visualisé « en live » sous forme d’une couleur qui remplit la jauge de force correspondante.

Plastique et prédiction

Un succès qui reste à confirmer cliniquement pour la rééducation après AVC, mais intéresse aussi la neuroscience et la médecine régénérative.
En effet, couplé à l’imagerie cérébrale, Dextrain Manipulandum pourrait faire avancer la connaissance de la plasticité cérébrale : le cerveau est capable de délaisser une zone inutilisée qui sera récupérée pour une autre fonction, et à l’inverse une zone redondante peut venir remplacer une aire endommagée.
Enfin l’équipe à l’origine de l’invention envisage aussi une analyse prédictive, par exemple de signes avant-coureur de maladie d’Alzheimer ou de schizophrénie par le diagnostic précoce de déficits fins de la dextérité.


*Société française de médecine physique et de réadaptation

Dr Blandine Esquerre

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article