L’homme de la semaine : Le capitaine invisible

Paris, le samedi 27 juillet 2013 - Sa dernière apparition publique date du 20 mai dernier aux côtés de François Hollande en visite dans le Tarn pour inaugurer une nouvelle usine du groupe qu’il a fondé en 1961. Pierre Fabre, 43ème fortune française, 1ère de la région Midi-Pyrénées, président du second groupe pharmaceutique indépendant français s’est éteint le 20 juillet dernier à 87 ans à Lavaur, dans sa région natale où il a toujours vécu et travaillé. Se posent aujourd’hui les conditions de sa succession, sans héritier, il n’avait désigné aucun dauphin officiel.

D'une officine à une multinationale

Pierre Fabre appartenait à cette espèce en voie de disparition d’entrepreneur visionnaire mâtiné de paternalisme, un capitaine d’industrie qui forçait le respect et suscitait l’admiration. Dans son groupe aux 10 000 salariés dont 6 700 en France, il avait su établir une relation profonde avec ses collaborateurs, les plus proches comme les plus lointains. A l’annonce de sa mort l’émotion, une tristesse non feinte était palpable partout dans les différents sites du groupe, usines ou bureaux. « L’entreprise connaît le plus grand deuil de son histoire, annonçait le jour même, un communiqué du service de presse, l’heure est pour nous au recueillement et à l’expression par tous d’un sentiment d’immense reconnaissance et de gratitude envers celui qui a tout donné à son entreprise.» Notons au passage que grâce au programme d’actionnariat salarié mis en place en 2005, les collaborateurs de l’entreprise en sont collectivement actionnaires à hauteur de 7 % et que pour mettre son entreprise à l’abri de tous risques de démembrement ou de spéculation financière, Pierre Fabre avait légué en 2006 ses actions à la Fondation Pierre Fabre reconnue d’utilité publique.

Bien qu'actionnaire de nombreux médias (La Dépêche du Midi, Valeurs actuelles, Le Spectacle du monde, Jours de chasse) ce puissant industriel n’aimait pas se montrer. Même lors de conférences de presse, le grand patron n’apparaissait jamais. Et pourtant elles sont chaque année nombreuses, correspondant chacune à l’une des marques mythiques du groupe, numéro 1 du marché français des dermo-cosmétiques, capillaires et bucco-dentaires vendus en pharmacie et parapharmacie. Dans le domaine du médicament, 20 % du chiffre d’affaires est dédié à la R&D autour de trois axes de recherches prioritaires : oncologie  dermatologie et neuropsychiatrie.

Qui pour lui succéder ?

Homme « exceptionnel », fondateur d’un des plus « beaux fleurons français » selon le président Hollande, « défenseur du patriotisme industriel, qui a su faire rayonner l’excellence de la pharmacie française dans le monde » selon Arnaud Montebourg, « il était l’un des plus grands décideurs français, l’un des plus investis et des plus soucieux de sa région » selon  Pierre Gattaz président du Medef… Les hommages n’ont pas manqué à l’annonce de la mort de Pierre Fabre, lui qui n’a jamais cessé d’innover, d’inventer, d’investir en bâtissant un empire international tout en restant  fidèle à sa région d’origine où il a été le garant de l’emploi durant cinquante ans.

Tout a commencé en 1961 lorsque jeune pharmacien, il commercialise un veinotonique d’origine naturelle qu’il a mis au point à partir du petit houx, abondant dans sa région, le Cyclo-3... L’entreprise grossit, il y consacre toute son énergie, en gère, pilote, orchestre toutes les étapes du développement jusqu’à son déploiement international. « Toute une région est en deuil » n’a pas hésité à déclarer le président de Midi Pyrénées qui perd également l’un des plus fervents supporters et financier du Castres olympique de rugby, le ballon ovale étant une incontournable passion pour Pierre Fabre né à Castres en 1926.

Seule ombre au tableau, semble-t-il, le problème de sa succession. Pierre Fabre, n’exerçait plus la direction opérationnelle du groupe depuis quelques années mais en avait conservé la présidence. En réalité, il continuait, officieusement, à diriger jusqu’à ses derniers jours. Aucun dauphin officiel n’ayant été désigné "l’entreprise continuera néanmoins, l’aventure initiée par Pierre Fabre selon ses vœux les plus chers", a-t-on fait savoir depuis le siège qui promet de « communiquer prochainement les dispositions prises pour le faire dans les meilleures conditions et dans le respect des valeurs et des volontés de son président et fondateur. »

Dominique Thibaud

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article