Usurpatrice

Paris, le samedi 24 octobre 2020 – Avant même que tous les soirs, brisant le silence pesant du confinement, des applaudissements émanant de toutes les habitations ne saluent leur engagement, les professionnels de santé et les médecins étaient associés pour beaucoup d’entre nous à une image idéale. Soulager les douleurs, soigner certaines maladies, éviter, parfois, la mort ne peuvent que parer des plus grandes vertus ceux qui ont choisi d’endosser une blouse blanche. Cette fascination peut dans certains cas extrêmes entraîner quelques comportements dangereux.

Illusionnisme

Les récits rares, mais réguliers, d’usurpation du titre de docteur en médecine suscitent toujours un mélange d’incrédulité et de fascination. Comment, compte tenu de la complexité et de la technicité de cette profession, certains parviennent pourtant à créer l’illusion ? Quelle est la posture médicale que ces usurpateurs parviennent à imiter de façon si convaincante que leurs manquements ne sont pas si facilement repérés ? Quel degré d’assurance faut-il maîtriser pour réussir à tromper dans la même heure des faux pairs, des patients et tout un chacun ?

Grâce au confinement et à un site internet pernicieux

Ces questions s’imposent face à la dramatique histoire de Samantha A.. Pendant plusieurs mois, cette femme de 36 ans, est parvenu à convaincre son entourage mais surtout les responsables du Centre de santé (minier) de Montceau-les-Mines qu’elle était médecin généraliste.

L’usurpatrice a profité du désordre créé par le confinement pour obtenir son enregistrement auprès de l’Ordre des médecins. La procédure de vérification a en effet été modifiée ce printemps quand les déplacements étaient très restreints et la jeune femme a donc plus facilement expliqué les bizarreries de son parcours. Par ailleurs, les pièces qu’elle a envoyées, une falsification réalisée grâce à un site internet « spécialisé » dans les faux diplôme ont convaincu sans difficulté le Conseil départemental de l’Ordre des médecins.

Ne pas hésiter à en faire trop

Munie de ce sésame, aucune étrangeté n’a plus alerté les responsables du centre de santé qui ont accueilli cette recrue bienvenue en cette période d’épidémie. Samantha A. a également poussé la supercherie jusqu’à assurer à ses proches qu’elle avait bien décroché son diplôme de médecine, parvenant apparemment à duper jusqu’à son mari, qui n’a donc pas voulu trouver d’incohérence dans le fait que son cursus d’aide-soignante ne correspondait pas exactement à l’idée que l’on se fait de longues études de médecine. Son époux s’est peut-être laissé convaincre par la verve de sa femme, dont il a confié au Quotidien du médecin qu’elle n’hésitait pas à critiquer les praticiens.

Erreur funeste

Si sa formation d’aide-soignante a sans doute permis en partie à Samantha A. de donner le change, elle ne l’a pas empêché de commettre des erreurs irréparables. Ainsi, a-t-elle recommandé à Jean-Marc Gauthier (67 ans) qui consulta cet été le centre de Monceau les Mines à deux reprises pour des œdèmes des membres inférieurs d’interrompre son traitement contre l’hypertension artérielle. Non seulement, cette recommandation a potentiellement accéléré son œdème aigu du poumon, mais elle en a surtout probablement retardé la prise en charge. Le 13 août, Jean-Marc Gauthier était hospitalisé pour un AOP dont il est mort au début du mois d’octobre.

Découverte fortuite

Ce n’est pourtant pas cette erreur dramatique qui a conduit à la révélation de l’usurpation de Samantha A, mais le souci d’ordre d’un agent administratif du centre de santé Filieris, qui classant ses documents a repéré une alerte de l’Agence régionale de santé lancée en 2019, qui concernait une fausse infirmière… portant le même nom que Samantha A. Très vite, la jeune femme a été interrogée et a reconnu une première fois les faits devant les responsables du centre de santé avant de nouveau d’avouer en garde à vue. L’enquête qui s’ouvre devra notamment établir les différentes responsabilités dans cette affaire et déterminer plus encore quelle perte de chance les patients de ce faux médecin ont subie.

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article