L’AP-HP soigne-t-elle assez son patrimoine ?

Paris, le samedi 12 mars 2022 – Les ventes aux enchères continuent à recéler des curiosités. Ainsi, la presse locale toulousaine rapportait récemment que le 26 avril 2022, le commissaire priseur Stanislas Machoïr procéderait à la vente de l’ancienne porte de l’hôpital Necker à Paris, également appelée « Portail de l’enfant Jésus ». Découvrant cette annonce surprenante, l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) s’est bientôt indignée et s’est déclarée déterminée à faire toute la lumière sur cette intrigante affaire. « En 2009, lors des travaux de la construction du bâtiment Laennec, l’ancien portail de l’hôpital Necker-Enfants malades AP-HP a été démonté pour permettre la mise en œuvre du chantier et rendre l’hôpital conforme aux normes d’accès des véhicules de pompiers. Il avait été convenu que cette porte devait être reconstruite à un autre endroit de l’hôpital (issue Vaugirard) afin d’aménager un nouvel accès. Il fallait pour reconstruire cette porte attendre la fin des opérations de travaux, y compris ceux du jardin central situés au milieu du site. (…) A l’occasion d’un nouveau chantier, une partie des pierres stockées sur le site auraient dues être déplacées pour implanter une « base vie ». C’est à ce moment-là qu’une erreur, sur laquelle toute la lumière sera faite, a conduit non pas à leur simple déplacement, mais à leur enlèvement. Il n’y avait, bien entendu, aucune volonté, ni aucune autorisation de destruction ou de cession de ces éléments du patrimoine de l’AP-HP », assure ainsi l’institution francilienne. Une mise en demeure a donc été adressée au commissaire priseur.

Souviens-toi de l’hôtel Texier

Ainsi, l’AP-HP aurait été victime d’un vol, l’empêchant de satisfaire sa promesse de préservation d’une partie de son patrimoine, déconstruite pour des exigences bien compréhensibles de modernisation ? L’histoire serait un peu différente, veut croire la Tribune des arts, qui a enquêté sur le destin de cette porte, en s’appuyant notamment sur l’évolution de la physionomie des abords de l’hôpital Necker au cours des quinze dernières années (grâce à Google Street et ses archives). Le journal observe ainsi que les pierres du portail ne semble guerre avoir bénéficié d’un stockage permettant sa reconstruction le moment venu. Plusieurs fois déplacées, elles ont en effet finalement été entassées à l’air libre, sans numérotation et sans la protection qu’imposait pourtant la volonté affichée de rebâtir l’édifice. La Tribune des arts, qui malgré ses demandes n’a par ailleurs pas pu constater la présence sur le site de Necker de pierres supplémentaires appartenant au portail (que l’AP-HP affirme conserver, mais qu’elle n’a pas souhaité montrer à la presse), assure que c’est une société spécialisée dans la réutilisation des pierres (qui aurait été mandatée par les responsables du chantier) qui aurait contacté Maître Machoïr. Ainsi, la Tribune des arts est convaincue que la fureur affichée de l’AP-HP dissimule son abandon des pierres de l’ancienne porte. Elle note d’ailleurs que ce n’est pas la première fois que l’institution parisienne paraît maltraiter son riche patrimoine. Ainsi, malgré les promesses qui avaient pu être faites au moment de la construction du nouveau Necker, l’hôtel Texier n’aura jamais (et ne sera jamais) reconstruit. Sur ce point, l’AP-HP note : « L’hôtel Texier, démonté au même moment que le portail de l’hôpital Necker-Enfants malades AP-HP l’a été de manière uniquement conservatoire, dans l’attente d’une décision de justice. Cette décision du Tribunal administratif de Paris du 24 juin 2010 ne lui reconnaissant aucune protection particulière justifiant sa reconstruction, le projet a été dès lors abandonné au regard d’autres priorités d’investissement ». Pourtant, à plusieurs reprises, tant l’AP-HP que la mairie de Paris ont continué ultérieurement à affirmer que la reconstruction de l’hôtel Texier demeurait toujours un objectif (tandis qu’il n’était nullement fait allusion à cette décision de justice). Faut-il en comprendre que les pierres de l’ancien édifice ont connu le même sort que celles de la porte de l’Enfant Jésus ?

L.C.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article