Le jour où des millions d’Américains ne sont pas morts

Washington, le samedi 7 octobre 2023 – L’Apocalypse n’a pas eu lieu ce 4 octobre, au grand dam des complotistes et des antivaccins. Un grand nombre d’entre eux expliquaient en effet depuis plusieurs jours à qui voulaient bien l’entendre que des centaines de millions d’Américains allaient soit mourir soit être transformés en véritable zombies téléguidés ce mercredi. Mais, à moins que l’information ne nous ait échappée (ce qui n’arrive jamais au JIM), rien de tel n’a eu lieu.

Pourquoi donc la société américaine aurait dû s’effondrer précisément ce 4 octobre ? La journée avait été choisie par le gouvernement américain pour tester le système d’alerte d’urgence (EAS), un dispositif qui envoie un message d’alerte aux populations concernées en cas de catastrophe naturelle ou sanitaire, d’attentats terroristes ou de tout évènement créant un risque pour la sécurité ou la santé des personnes. La loi obligeant l’administration à vérifier l’efficacité de ce système au moins une fois tous les trois ans, un message test a été envoyé ce mercredi à 14h20 à tous les téléphones présents sur le territoire américain, ainsi qu’aux stations de télévision et de radios, afin de vérifier que le système fonctionne correctement.

L’oxyde de graphène va-t-il tous nous tuer ?

Un simple test donc, sauf si l’on en croit les complotistes en tout genre, à qui on ne l’a fait définitivement pas. Depuis plusieurs jours, des internautes expliquent en effet sur les réseaux sociaux que derrière ce simple test se cache en réalité un crime de masse. Le message envoyé aux téléphones allait en effet véhiculer des ondes électromagnétiques qui vont « déclencher » des nanoparticules ou des puces électroniques implantées dans l’organisme des Américains, notamment via les vaccins contre la Covid-19. Le tout afin, selon les versions, soit de les tuer, soit de les transformer en marionnettes du gouvernement.

« Ce n’est pas un test, le but est d’envoyer des ondes hautes fréquences dans nos téléphones pour activer des nanoparticules et notamment de l’oxyde de graphène, qui a été implanté à des milliards d’êtres humains par divers moyens » explique ainsi une femme dans une vidéo publiée sur Instagram et supprimée depuis. Mais aussi impressionnant et bien huilé que soit ce complot planétaire, il semble relativement facile à contrer. En effet, selon ces complotistes, il suffit de couper son téléphone au moment de l’envoi de l’alerte ou de le mettre dans une cage de Faraday pour bloquer les ondes électromagnétiques et vous éviterez de vous transformer en zombie, tout vacciné que vous êtes.

Depuis les débuts de la vaccination contre la Covid-19, les antivaccins répandent des rumeurs sur les prétendus composants de ces vaccins, évoquant tantôt des nanoparticules, tantôt des puces 5G et annoncent régulièrement la venue du jour où ces composants seront « activés » et provoqueront la perte des vaccinés. Les théories du complot sur la Covid-19 se sont notamment concentrés sur l’oxyde de graphène, un composé inorganique de synthèse qui serait selon eux présents dans les vaccins à ARNm.

L’Apocalypse remise à une date ultérieure

« Il n’y a pas d’oxide de graphène dans les vaccins à ARNm développés par Pfizer et Moderna » rappelle le Pr Matthew Laurens, qui enseigne l’infectiologie à l’université du Maryland, « l’oxyde de graphène a simplement été utilisé pour étudier la structure des vaccins ». « Vous ne pouvez pas activer de l’oxyde de graphène, cela ne veut absolument rien dire » tranche Julia Greer, spécialiste du graphène à l’institut de technologie de Pasadena.

Ni la puce 5G, ni les nanoparticules qui ont été prétendument injectées aux vaccinés à leur insu n’ont donc été « déclenchées » ce 4 octobre.

Mais ce n’est que partie remise pour les complotistes, dont les échecs successifs à prédire la fin du monde ne les découragent pas de poursuivre leurs affabulations et qui ne désespèrent pas de voir venir le jour où tous ceux qui auront été étaient assez naïfs pour accepter de recevoir une dose de vaccins à ARNm se transformeront en reptiles ou en zombies.

Peut-être comme après une piqure de punaise de lit…

Quentin Haroche

Copyright © 2023 JIM SA. Tous droits réservés.

Réagir

Vos réactions (1)

  • Ils ne me font plus rire

    Le 07 octobre 2023

    Tellement leur ignorance, leur bêtise, et leurs croyances débiles atteignent des sommets.
    Et dire que c'est nous les anciens qui n'avons pas su leur éduquer le goût de la science
    J'ai honte

    Pr A. Muller

Réagir à cet article