Les enfants de Démosthène

Paris, le samedi 20 avril 2019 - Démosthène était considéré par ses contemporains comme l’un des plus grands orateurs, or, comme après lui parait-il Winston Churchill, il dut lutter contre le bégaiement avant de faire reconnaître son talent.

Vingt-cinq siècles plus tard, Juliette Blondeau et Mounah Bizri, tous deux atteint du même handicap se sont lancé le pari un peu fou d’organiser un concours d’art oratoire accessible aux bègues. « Le bégaiement n'empêche pas de faire passer un message et de faire preuve d'éloquence », explique ainsi, enthousiaste à l’agence France Presse, Juliette Blondeau. « Il s'agit de montrer qu'on peut dépasser son bégaiement en le considérant comme une force constructive dans la vie », indique, quant à elle, l'association parole bégaiement partenaire de l’événement.

Cette initiative a aussi reçu le soutien des coachs ayant fourbi leurs armes au concours Eloquentia* autour duquel a été réalisé le film A voix haute.

En pratique, la finale de ce tournoi se tiendra le 27 avril prochain. Un jury départagera alors 8 participants sur les 25 de départs recrutés auprès d'orthophonistes par l’intermédiaire de Facebook.

L’histoire ne dit pas néanmoins si les compétiteurs s’entrainent à parler avec des cailloux dans la bouche comme le faisait leur illustre prédécesseur.

 

*Stéphane André, Isabelle Chataigner, Eddy Moniot, Guillaume Prigent…et Charles Haroche que vous retrouvez régulièrement à la rubrique Côté cour et qui vient de publier Briller à l’oral pour les nuls aux Editions First

F.H

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article