Travailler avec une démence ? Pas de sushis !

Tokyo, le samedi 14 octobre 2023 - Dans un paisible quartier résidentiel de l'ouest de Tokyo, une expérience gastronomique exceptionnelle a vu le jour. Le "Café des Commandes Erronées", fondé par le chef japonais Shiro Oguni, allie cuisine et sensibilisation à la maladie d'Alzheimer, en intégrant des patients atteints de démence dans le monde professionnel.

« Le Café des Commandes Erronées » peut accueillir simultanément une douzaine de convives, proposant un menu à la fois simple et raffiné. La carte comprend café, thé, quelques gâteaux, ainsi que des plats du jour à dix euros, tels que des currys de bœuf ou des sandwichs originaux. La plupart du temps, il s'agit d'un établissement classique, mais une fois par mois, l'équipe de serveurs est remplacée par des seniors souffrant de démence, principalement de maladie d'Alzheimer.

37 % des plats servis diffèrent des commandes !

Ces jours-là, les clients du Café des Commandes Erronées sont avertis que les plats commandés peuvent ne pas être servis conformément aux demandes ! Le serveur peut oublier la commande en chemin vers la cuisine, ou alors apporter un cheesecake à la table qui avait choisi deux salades. Parfois, certains « garçons » quittent le travail inopinément, mais ils sont pris en charge par des bénévoles d'une association locale qui les encadrent.

Selon le gérant de l'établissement, en moyenne, 37 % des plats servis diffèrent des commandes. Cependant, de manière étonnante, 99 % des clients apprécient cette expérience (selon le chef !), car ils finissent toujours par « savourer quelque chose de délicieux », même si ce n'est pas exactement ce qu'ils avaient en tête.

L'objectif de cette initiative (outre de faire parler faire le buzz autour de ce restaurant !) est d'intégrer le plus longtemps possible dans la vie active ces personnes frappées par la démence dans un pays où le travail occupe une place centrale dans la vie des habitants et où la population vieillit encore plus qu’ailleurs.

Pour en savoir plus : http://www.mistakenorders.com/en/home.html

F.H.

Copyright © 2023 JIM SA. Tous droits réservés.

Réagir

Vos réactions (1)

  • Démence ?

    Le 14 octobre 2023

    Vous avez dit démence mon cher confrère ?
    Ne fermons pas les yeux. Cela va devenir un réel problème avec l’allongement du temps de travail.
    Pour se tromper de commande au restaurant , c’est amusant et sans danger, mais pour les médecins par exemple ?
    Déjà, les confrères qui pètent les plombs au niveau psy ne sont pas diagnostiqués, mais qui va s’apercevoir des débuts de démence sénile ou autres chez les médecins en exercice ?
    Je me souviens d’un ami médecin qui a démarré un délire en pleine consultation ; c’est son client, très calme, qui a demandé aux autres patients présents dans la salle d’attente de bien vouloir partir, et a appelé l’épouse du confrère, elle-même médecin, pour lui signaler le problème. Schizophrénie, arrêt d’exercice …
    Autre cas, que j’ai vécu : un patron de pneumo en fin de carrière, qui nous redisait bonjour plusieurs fois dans la matinée, à chaque fois qu’il nous croisait : un vrai poisson rouge : « bonjour! »… sans parler des phrases incohérentes qu’il prononçait au lit des malades, des diagnostics de cancer qu’il balançait sans ménagement et avec le sourire ! On rattrapait comme on pouvait derrière lui … heureusement retraité à 65 ans à l’époque !
    Qui nous surveillera, nous protègera et protègera nos patients ??
    La question se pose bien entendu pour tous les métiers à responsabilité : espérons que les médecins du travail sont formés à détecter les premiers signes d’Alzheimer, et qu’ils sont eux-mêmes très bien suivis !

    Dr F. Ouin

Réagir à cet article