Un (pas très) heureux évènement

Amman, le samedi 8 juillet 2023 – Un Jordanien de 42 ans a appris qu’il était atteint d’un cancer du foie d’une bien étrange manière.

N’en déplaise au Planning familial, les hommes (en tout cas les hommes cisgenres) ne peuvent pas tomber enceint. Et pourtant, ils arrivent que certains soient testés positifs à des tests de grossesse. C’est l’étonnante aventure ou plutôt mésaventure survenue à un homme jordanien de 42 ans et relaté par le journal israélien The Jerusalem Post.

A la fin du mois de juin dernier, l’homme a décidé de se rendre à l’hôpital pour de violentes douleurs abdominales durant depuis plusieurs jours. L’équipe médicale qui l’a pris en charge lui a fait faire une batterie de tests et, sans que l’on sache très bien pourquoi, le patient a réalisé un test de grossesse (en fait un dosage de beta HCG). Surprise, le test s’est avéré positif, comme si l’homme était enceint, laissant l’équipe médicale plus que perplexe.

Des tests plus poussés ont ensuite permis de découvrir que le patient présentait une tumeur métastatique au niveau du foie, responsable de ses douleurs abdominales. L’analyse de la tumeur a finalement permis de résoudre le mystère du test de grossesse positif. « Après un scanner abdominal, nous avons prélevé plusieurs échantillons de la tumeur et l’examen microscopique a révélé que la tumeur secrétait des hormones de grossesse ce qui a conduit à un test de grossesse positif » explique le Dr Hussam Abu Farsakh, l’anatomo-pathologiste qui a analysé la tumeur.

Porter une tumeur comme on porte un enfant

Le cas d’une tumeur qui sécrètent des hormones de grossesse chez un homme est extrêmement rare mais pas inédit. La mésaventure de ce quadragénaire jordanien rappelle celle qu’avait connu un jeune américain en 2012. Ayant trouvé un test de grossesse chez sa petite amie, ce dernier l’avait utilisé pour s’amuser. A son étonnement, le test s’était révélé positif et il avait alors publié le résultat sur les réseaux sociaux.

Un internaute bien intentionné lui avait alors conseillé de consulter un médecin. Le jeune homme a alors découvert qu’il était atteint d’un cancer des testicules. La maladie étant encore limitée, la tumeur avait pu lui être retiré avec succès et c’est donc grâce à cette blague potache qu’il a pu être diagnostiqué à temps. « Il y a très peu de choses dans le corps qui produisent de la beta hormone gonadotrophine chorionique (HCG) et le cancer des testicules en fait partie » avait alors expliqué à la télévision américaine le Dr Mark Pomerantz, cancérologue à Boston. « Un test de grossesse n’est pas la meilleure méthode pour détecter un cancer des testicules, l’autopalpation est bien plus utile » précise le Pr Christophe Isselin, chef du service d’urologie à l’hôpital universitaire de Genève (HUG), qui estime qu’environ 20 % des cancers des testicules produisent des HCG.  

On sait donc désormais qu’une tumeur métastatique du foie peut également produire ce type d’hormone, dont la présence est normalement plutôt le signe d’une bonne nouvelle.

Quentin Haroche

Copyright © 2023 JIM SA. Tous droits réservés.

Réagir

Vos réactions (1)

  • Un heureux événement

    Le 08 juillet 2023

    Marcel Aimé avait déjà écrit une nouvelle sur le même sujet et c’est plus stimulant mais beaucoup moins utile scientifiquement à relire.

    Dr F Lods, médecin retraitée

Réagir à cet article