A quoi les Suisses viennent de dire non ?

Paris, le samedi 26 juin 2021 – Les Suisses étaient invités il y a quinze jours à se prononcer sur plusieurs sujets capitaux, dont deux intéressaient l’agriculture. Un premier texte proposait ainsi d’interdire l’utilisation des pesticides de synthèse dans les dix ans à venir, ainsi que l’importation de denrées alimentations produites à l’étranger à l’aide de ces produits. Parallèlement, une seconde initiative préconisait de conditionner le versement de subventions agricoles à l’absence d’utilisation de ces substances chimiques et d’antibiotiques vétérinaires. Les deux textes ont été massivement rejetés : à 60,56 et 60,68 %.

Pas si peur ?

Bien sûr, les associations qui portaient ces projets ont manifesté leur déception et mis en garde contre les conséquences pour l’avenir de tels choix. De leur côté, les partis politiques qui s’opposaient férocement à ces projets se sont félicités de la « victoire du pragmatisme », permettant de garantir la sécurité alimentaire de la Suisse. On observera surtout que ce vote suggère que l’influence supposée de certains propos alarmistes sur la dangerosité des pesticides est probablement plus faible que ce qui pourrait être imaginé. Fort de ces résultats, les gouvernements européens pourraient peut-être reconsidérer leurs motivations à l’heure de décider d’interdire ou de restreindre l’utilisation des pesticides. Si la préservation de la santé ou des écosystèmes doivent rester des préoccupations centrales, la crainte de l’opinion publique doit sans doute être revue à sa juste valeur.


M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Heureux Suisses...

    Le 26 juin 2021

    ..qui ont la possibilité constitutionnelle de manifester leur intérêt pour des problèmes importants et leur désaccord éventuel fasse aux décisions inadaptées de gouvernants peu éduqués scientifiquement.
    On se prend à rêver…

    Dr Alexandre Krivitzky

Réagir à cet article