Connaissez-vous Galactic Cap ?

Paris, le samedi 7 juin 2014 – Afin de donner un nouvel élan à la prévention des maladies sexuellement transmissibles, la fondation Bill Gates lançait fin 2013 un appel à projets visant à la mise au point d’un préservatif plus moderne. Tous les prétendants n’eurent pas la chance de séduire l’organisation et le dispositif proposé par Charlie Powell ne fut pas retenu. Cet échec n’empêche pas aujourd’hui l’américain d’être convaincu de la possible pénétration sur le marché de son « Galactic Cap ». Ce préservatif du futur a pour particularité d’être constitué de deux morceaux : une bande adhésive en forme de « U » est destinée à recouvrir le gland, tandis qu’un « petit chapeau » se place sur l’extrémité du pénis et fait office de réservoir. Le système, affirment les promoteurs de Galactic Cap serait plus simple à enfiler (il est vrai que le déroulement du préservatif peut parfois s’avérer une étape difficile) et préserverait d’avantage les sensations. Cependant, pas plus que Bill Gates, les autorités officielles n’ont été enthousiasmées par Galactic Cap. Ainsi, la Food and Drug Administration a refusé de lui donner son aval et de lui permettre d’arborer l’appelation « préservatif » car il existe des doutes sur son efficacité pour la prévention des maladies sexuellement transmissibles. Mais Charlie Powell n’est pas ébranlé par ces désaveux successifs et il vient de lancer une collecte sur internet afin de récolter les 100 000 dollars nécessaires au développement son produit.

Pour l’heure, s’il a bénéficié d’une large médiatisation, il est loin d’avoir rempli son objectif.

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article