Pour le maire PS de La Seyne-sur-Mer, qui est « la dame de fer » ?

La Seyne-sur-Mer , le samedi 27 avril 2013 – C’est une petite phrase de campagne que l’on dit peut-être sans réfléchir. En tout cas pour enthousiasmer un peu les foules. Janvier 2012, François Hollande est sur les terres du maire PS de La Seyne-sur-Mer (Var), Marc Vuillemot. L’édile gère alors un dossier explosif : la fermeture de la maternité George Sand. Il y est farouchement opposé mais ne parvient pas à faire entendre sa voix aux autorités de tutelles. Alors François Hollande laisse tomber : « Je n’ai qu’une chose à dire : pour rouvrir la maternité, il faut voter Hollande le 6 mai ».

La Seyne-Sur-Mer n’a jamais autant voté socialiste qu’en 2012

En bon socialiste (et en bon maire), Marc Vuillemot estime avoir plus que rempli sa part du contrat. Il rappelle par exemple qu’au premier tour des élections présidentielles, François Hollande obtenait à La Seyne-sur-Mer « son meilleur résultat parmi les cinquante plus importantes communes du Var. La gauche, dans son ensemble, obtenait un score de 8 % supérieur à celui du département ». Le bon Marc Vuillemot en a-t-il été remercié ? George Sand a-t-elle repris du service ? « Un an a passé. Et il ne s’est rien passé » déplore amer, l’élu socialiste dans une lettre ouverte à une certaine M.T. publiée cette semaine sur son blog.

« Souverain mépris »

M.T. n’est autre que Marisol Touraine et si Marc Vuillemot a cru bon d’insister sur les initiales du ministre, c’est qu’il lui est apparu qu’elles sont semblables à celle de Margaret Thatcher. Or, Marc Vuillemot ne peut pas croire que la « trahison » de la parole du Président de la République et surtout « le silencieux cynisme que vous opposez à des milliers de nos concitoyens ait quelque lien avec le fait que vous avez les mêmes initiales que feue Margaret Thatcher, de son vivant grande spécialiste du genre, mais il est certain je n'accepterai jamais qu'une ministre socialiste puisse se comporter ainsi en... dame de fer », conclue-t-il lyrique. Avant cette chute bien préparée, Marc Vuillemot s’était ému du « souverain mépris » avec lequel le ministre traiterait « ce peuple d’un territoire de la République » et avait dénoncé le sacrifice de cette même population sur « l’autel d’une rentabilité incompatible avec l’esprit du service public ».

Twittons, twittons…

La suite de l’histoire est presque aussi savoureuse que son préambule. Marisol Touraine, bien sûr, a immédiatement battu le fer avec son frère ennemi par Twitter interposé, comme le révèle le Lab d’Europe 1. Le cabinet du ministre a ainsi publié plusieurs « tweets » affirmant que les élus de la Seyne-sur-Mer avaient bien été reçus par l’entourage du ministre et que ce dossier était, à l’instar des autres situations similaires, géré au cas par cas. Or, la maternité George Sand ne remplirait pas les critères lui permettant d’être sauvée de la vague de fermeture. La Seyne-sur-Mer ne se situerait notamment pas à plus de 30 minutes d’une autre maternité, ce délai de 30 minutes ayant été érigé en symbole par le candidat François Hollande.

Combien de kilomètres entre la Seyne-sur-Mer et Toulon ? Douze selon les organisateurs, dix selon la police !

Et voici Gabriel Attal, jeune conseiller au cabinet de Marisol Touraine de « twitter » : « En l’occurrence, [la] maternité de Toulon est à moins de 10 km de La-Seyne-sur-Mer ». Un kilométrage rapidement contesté par Marc Vuillemot qui voit plutôt Toulon à 12 km de sa ville et qui surtout assure qu’un constat d’huissier a mis en évidence que le trajet entre les deux villes dure plus d’une demi-heure « dans cinq cas sur huit et plus d’une heures dans deux cas sur huit (hors été) ». La précision n’a pas directement entraîné de réponse de la part du cabinet de Marisol Touraine ou de Gabriel Attal. Néanmoins, ces derniers ont tenu à rappeler que l’objectif d’amélioration d’accès aux soins avait notamment été respecté avec la réouverture de la maternité de Die, dans la Drôme. L’occasion était trop belle pour Marc Vuillemot qui s’est fendu d’un tweet rageur : « Justement ! Le Diois [s’étale sur] 116 kilomètres carrés et compte 11 000 habitants, [alors que] l’Ouest Toulon [compte] 122 kilomètres carrés et 200 000 habitants. Alors ? ».

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article