Quel traitement sera bientôt à la page en Grande-Bretagne ?

Londres, le samedi 9 février 2013 – Beaucoup d’auteurs, surtout aujourd’hui, affirment que l’écriture est pour eux une « sorte de thérapie ». Et incidemment, ils espèrent que pour leurs lecteurs, leurs essais et romans seront de même. Ce n’est pas une récente étude publiée par Plos One qui les contredira. Des chercheurs de Glasgow y affirment qu’une thérapie associée à la lecture d’ouvrages de développement personnel apporte chez les personnes souffrant de dépression des résultats meilleurs qu’une thérapie classique moins à la page. Forts de ces conclusions et d’expériences déjà menées au Pays de Galles mais également au Danemark et en Nouvelle Zélande, l’association Reading Agency et la Society of Chief Librarians ont mis au point un programme visant à promouvoir la prescription de livres ! Les deux organismes sont parvenus à obtenir le feu vert des autorités et à partir du mois de mai les médecins généralistes pourront prescrire aux patients souffrant « d'anxiété, de dépression, de crises de panique, de phobies, de manque d'estime de soi ou encore de stress » quelques bonnes lectures. La liste établie par Reading Agency comporte majoritairement des « manuels » de développement personnel. Mais on trouve également conseillés quelques romans, tels L'Alchimiste de Paulo Coelho, Reading in Bed de Sue Gee, ou encore Œuvres choisies d'Anton Tchekhov.

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article