Qu’est-ce qui n’aurait servi qu’à pas grand-chose ?

Paris, le samedi 9 juillet 2022 - Dans le sillage de ses précédents avis et de 48 contrôles, la CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés) fait un nouveau point sur les systèmes et dispositifs de lutte contre l’épidémie de Covid.

Dans le cadre de ses travaux, elle juge sévèrement TousAntiCovid (anciennement StopCovid), la désormais célèbre application mobile de suivi de contacts utilisant la technologie Bluetooth. Mise à disposition par l’état, elle permet d’alerter les utilisateurs d’un risque de contamination lorsqu’ils ont été à proximité d’un sujet ayant été diagnostiqué ou dépisté positif par le SARS-CoV-2.

Dans ce nouvel avis la CNIL conclut à « l’utilité marginale » de cette application.

Pour autant considérant « faible » l’atteinte à la vie privée portée par ce dispositif basé sur le volontariat, elle suggère son maintien.

Malgré tout, la CNIL recommande que les « utilisateurs ne soient incités à activer la fonctionnalité de contact tracing que durant les périodes de circulation active du virus et sous réserves de garanties additionnelles (dispositif complémentaire au suivi des contacts manuel, mise en œuvre de certaines améliorations techniques et sensibilisation accrue des utilisateurs, etc.) ».

En tout état de cause, TousAntiCovid ne devrait pas être d’une grande aide pendant cette 7e vague.

X.B.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.