Qu’est-ce qui peut sauver votre couple ?

Paris, le samedi 19 avril 2014 – Nourris par les silhouettes longilignes servies à longueur de magazine, un brin gavés par le culte de la minceur, nous aurions pu rapidement conclure que pour être heureux en couple, il fallait éviter de s’empiffrer à outrance. Les choses pourraient être un peu plus complexes. Car à s’affamer, on joue facilement sur son humeur (il n’est qu’à repenser à son dernier épisode de fringale pour se rendre compte que le self contrôle en prend un coup lorsque le taux de sucre dans le sang décline un peu). Or, restreindre son agressivité est une des clés des couples harmonieux.

Qui s’y frotte, s’y pique

Il n’est pas question ici de distiller quelques conseils matrimoniaux à la manière du premier journal « féminin » venu. Il s’agit de résumer les résultats d’une (très sérieuse) étude conduite par des chercheurs en psychologie de l’université d’Etat de l’Ohio, dont les résultats ont été publiés dans les prestigieux Comptes rendus de l’Académie américaine des sciences (PNAS). Le protocole de cette étude ne manque pas d’originalité. Choisissez 107 couples mariés et donnez à chacun des membres une poupée vaudou à l’effigie de leur cher et tendre. Demandez aux participants d’y planter chaque soir un nombre d’aiguilles correspondant à l’ampleur de leur ressentiment contre l’être aimé (et épinglé). Parallèlement, invitez les sujets à mesurer chaque matin avant le petit déjeuner et chaque soir au dîner leur taux de glucose dans le sang. Résultats : plus le taux de glucose des participants était faible, plus le nombre d’aiguilles était élevé. Une corrélation qui se retrouve même chez les personnes se déclarant heureuses en ménage.

L’amour est peut-être aveugle, mais pas sourd

Deuxième étape : au sein de chaque couple, les deux partenaires s’affrontent à un jeu très simple, actionner un bouton dès lors qu’une cible apparaît sur un écran d’ordinateur. Le vainqueur remporte le droit d’assourdir son conjoint. Il est en effet autorisé à le soumettre à un bruit, dont il peut choisir l’intensité et la durée. Résultats : la faiblesse du taux de glucose est apparue liée au fait d’exposer son époux à un niveau sonore désagréable. Sans surprise, par ailleurs, les personnes qui ont le plus fortement assourdi leur conjoint étaient également celles qui s’étaient montrées les moins amènes avec leur effigie vaudou. Bref, pour vivre heureux à deux, il semble nécessaire de manger. Les amoureux de la guimauve apprécieront.

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Une recommandation

    Le 19 avril 2014

    Le must: les pâtes de "fruit" de gingembre enrobées de sucre cristal!

    Dr P Foulon

Réagir à cet article