Qu’est-ce qui pourrait redonner un nouveau souffle au transport d’organes ?

Toronto, le vendredi 22 octobre 2021 – Pour augmenter le nombre de greffons disponibles et ainsi favoriser l’activité de prélèvement et de transplantation, il y a les prouesses révélées cette semaine d’une équipe de chirurgiens de New-York qui ont mis en évidence la faisabilité de l’implantation d’un rein de porc chez l’homme. Mais il y a également des méthodes un peu plus modestes, mais dont les bénéfices organisationnels sont loin d’être nuls. L’un des défis des équipes de transplantation est en effet l’acheminement des greffons, de façon rapide et sécurisée. Pour répondre à cet enjeu, l’utilisation des drones est étudiée depuis plusieurs années. Fin septembre, des équipes canadiennes ont confirmé la pertinence de l’utilisation de ces mini aéronefs pour l’acheminement d’un poumon, souvent considéré comme l’organe dont le transport est le plus délicat. Ainsi, un poumon prélevé à l’hôpital Toronto Western a été acheminé à 1,2 kilomètre dans un autre établissement hospitalier de Toronto en moins d’une dizaine de minutes. Par les voies terrestres habituelles, le parcours aurait sans doute été plus chaotique et potentiellement plus long. Surtout, l’expérience a mis en évidence que le transport par drone ne semblait pas représenter de risque d’altération du greffon. Conservé dans un conteneur réfrigéré pendant toute la durée du vol dans le ciel de Toronto, le greffon a en effet été implanté avec succès chez un patient d’une soixantaine d’années. « Nous avons prouvé - et c'est un point très important - que c'est possible de le faire sans danger », observe avec satisfaction le Dr Shaf Keshavjee, qui a participé à l’élaboration de ce vol si particulier pendant de longs mois. « Je pense que les technologies de drone ont un immense potentiel pour que ça devienne un standard en termes de soins de santé », juge pour sa part Mikaël Cardinal, vice-président d’Unither Bioélectronique, l'entreprise de biotechnologie qui a conçu le drone ambulance.

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article