Qui est aidé à s’envoyer en l’air ?

Moscou, le samedi 22 mai 2021 - Des programmes ont été développés depuis plusieurs années en Europe et aux Etats-Unis reposant sur l’utilisation de simulateurs de chute libre, afin non seulement de soulager pour quelques minutes des personnes handicapées mais aussi de leur faire mieux prendre conscience de leur corps en espérant les aider à mieux contrôler leurs mouvements. En Russie, ce type d’initiative n’existe pas et d’une manière générale la prise en charge des personnes handicapées souffre d’un manque d’innovation.

Mais Ekaterina Inozemtseva, mère d’une fillette souffrant de paralysie cérébrale, est bien décidé à faire évoluer les choses. Elle a contribué à la mise sur pied du projet "Vole avec moi", permettant à une petite centaine d’enfants handicapés de pouvoir expérimenter une soufflerie (telle celle utilisée par les cosmonautes pour s’entraîner !) afin de retrouver une certaine liberté de mouvement. Très déterminée, Ekaterina Inozemtseva est même allée jusqu’à interrompre Vladimir Poutine lors d’un discours qu’il dédiait aux personnes handicapées pour s’assurer du financement public de son programme. Aujourd’hui, 120 enfants y sont inscrits. Ils sont âgés de 5 à 14 ans et viennent de toute la Russie. Les « vols » dont ils bénéficient une fois par semaine doivent leur permettre de gagner en stabilité et en coordination. Le programme compte plusieurs médecins, dont  le docteur Valida Issanova, qui observe que « les vols en soufflerie font travailler les muscles et les articulations qui ne sont pas activés dans la vie ordinaire » mais qui admet que les bases scientifiques de ce type de protocole ne sont pas encore assez robustes. Elle espère que le projet permettra de les renforcer.

Et même si les résultats physiologiques et médicaux n’étaient pas à la hauteur des espoirs, les quelques instants de liberté offerts à ces enfants ne sont probablement pas totalement inutiles.

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Position

    Le 24 mai 2021

    Sur la photo, l'enfant a une position parfaite en "chute".
    Il n'est probablement pas atteint de paralysie quel qu'en soit le type...

    Dr Alexandre Conia

Réagir à cet article