Qui plane en mangeant de l’herbe ?

Almyros, le samedi 7 octobre 2023 - Alors qu'il tentait de se protéger de la tempête Daniel au début du mois de septembre, un troupeau de moutons vivant près de la ville d'Almyros en Thessalie a trouvé refuge dans une serre voisine où était cultivé du cannabis médical, (autorisé depuis 2018 en Grèce). Les herbivores, dont on ignore le nombre exact ont alors ingéré plus de 270 kg de la récolte et ont développé un comportement étrange pendant plusieurs heures, comme le rapportent les médias locaux.

« Nous sommes la plus grande serre de cannabis d’Europe centrale. Nous avons perdu 80 % de notre production à cause des inondations. Alors que nous essayions de sauver tout ce que nous pouvions, nous avons soudain vu des moutons à l’intérieur de la serre. Ils ont trouvé des herbes à manger, parce que tout le reste de leur nourriture a été détruit », témoigne le propriétaire de la serre, Yannis Bouroounis, selon des propos rapportés par le média grec Skaï.

L’Agriculteur n'en veut pas du tout à ces moutons, et garde un souvenir amusé de leur intrusion : « le problème était surtout de savoir comment les chasser de la serre, car rien ne les faisait partir. » Il détaille à propos de ses visiteurs qui ne semblent pas avoir eu de séquelles de ce festin cannabique : « les moutons sautaient plus haut que des chèvres, et cela n'arrive jamais. » « Les moutons allaient mieux que bien, pleins d'entrain et un peu délirants. Ils semblaient tout joyeux » poursuit-il.

Il en conclut que les moutons « aiment vraiment le chanvre, le haschich et les légumes verts. »

Reste à savoir si cela donnera un goût à la viande et une odeur à la laine…

F.H.

Copyright © 2023 JIM SA. Tous droits réservés.

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article