En garde!

Pour la 9ème année consécutive, le Conseil national de l'Ordre des médecins a entrepris une enquête nationale sur la permanence des soins assurée par les médecins généralistes et sur les modalités de son organisation. L’année 2010 avait été une année de transition particulièrement calme sur le plan de l’organisation de la permanence des soins. L’année 2011 aura été marquée par l’élaboration des cahiers des charges régionaux et leur déclinaison départementale. Pour autant, seuls trois cahiers des charges régionaux ont été arrêtés. Il n’y a pas nécessairement lieu de s’en plaindre : dans une majorité de départements où la permanence des soins au 1er janvier 2012 fonctionne bien et donne satisfaction aussi bien aux patients qu’aux médecins. L’enquête 2012 démontre une nouvelle fois que les médecins continuent à assumer vis-à-vis de la population leurs responsabilités professionnelles sur l’ensemble du territoire national. Les conseils départementaux nous alertent cependant, à nouveau, sur les effets délétères de la pénurie de médecins volontaires et de médecins tout court, sur le vieillissement des médecins de garde. Indéniablement, l’érosion du volontariat continue, voire s’accélère, même si de nouvelles formes d’organisation progressent pour y faire face : renforcement de la régulation médicale libérale, adaptations horaires de la permanence des soins (en particulier en nuit profonde), création de nouvelles maisons médicales de garde. Il est difficile de porter une appréciation globale sur l’activité des Agences Régionales de Santé (ARS) et le contenu des cahiers des charges régionaux pour deux raisons. D’une part, les méthodes

Voir : http://www.conseil-national.medecin.fr/system/files/ENQUETE_PDS_2012.pdf?download=1

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article