Les bénéficiaires de l'aide alimentaire sont-ils bien aidés?

La première étude Abena réalisée en 2004-2005 par l’InVS avait permis de décrire les profils sociodémographiques et économiques, l’alimentation et l’état nutritionnel des bénéficiaires de l’aide alimentaire. Alors que le contexte économique et social a changé, de même que l’organisation de l’aide alimentaire, l’étude a été reconduite en 2011-2012 pour réaliser un nouvel état des lieux et mesurer les évolutions depuis 2004-2005. Cette nouvelle étude transversale a été conduite dans six territoires urbains (Paris, Marseille, Grand-Dijon, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne et Hauts-de-Seine) au cours de l’hiver 2011- 2012. Les participants ont été recrutés selon un tirage au sort à deux degrés (structures d’aide alimentaire puis usagers). Le recueil des données a été réalisé en face-à-face dans les structures, auprès de 2 019 personnes et complété pour 422 d’entre elles, par un examen clinique et biologique dans un centre de santé. L’ensemble des analyses a été réalisé en tenant compte des probabilités d’inclusion et du plan de sondage. Les évolutions ont été analysées sur les quatre territoires communs aux éditions 2004-2005 et 2011-2012 (Paris, Marseille, Dijon, Seine-Saint- Denis), à l’aide de tests du Chi2 et de régressions logistiques afin de prendre en compte les évolutions des caractéristiques sociodémographiques. En 2011-2012, l’état de santé des usagers de l’aide alimentaire demeurait préoccupant avec des prévalences des pathologies liées à la nutrition particulièrement élevées (obésité, hypertension artérielle (HTA), diabète, certains déficits vitaminiques) et une évolution contrastée depuis 2004-2005 (favorable pour l’anémie par

Voir : http://www.invs.sante.fr/content/download/61352/243667/version/1/file/rapport_abena_2011_2012.pdf

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article