Lymphome et prothèses mammaires : les observations de l'INCA

Un premier cas de lymphome anaplasique à grandes cellules associé à un implant mammaire (LAGCAIM) a été diagnostiqué en France en 2011. Une surveillance particulière a été mise en place par l’Agence Nationale de Sécurité des Médicaments et des produits de santé (ANSM), en lien avec le réseau national expert LYMPHOPATH, en charge d’organiser la double lecture anatomopathologique des nouveaux cas de lymphomes et de leur enregistrement. Dans le cadre du programme de suivi mis en place, les autorités sanitaires analysent les cas de LAGC déclarés chaque année. Suite à des nouveaux cas de LAGC-AIM notifiés à l’ANSM, la Direction Générale de la Santé a sollicité l’Institut National du Cancer (INCa) pour constituer un groupe d’experts afin « (i) d’analyser les cas mentionnés par l’ANSM ; (ii) d’analyser les données du réseau LYMPHOPATH et toutes autres données disponibles pour rechercher d’éventuels autres cas de LAGC ; (iii) de préciser la prévalence et l’incidence des LAGC mammaires chez les femmes porteuses d’implants mammaires, en prenant en compte, dans la mesure du possible, les d

Voir : http://www.e-cancer.fr/component/docman/doc_download/13434-avis-dexperts-sur-les-lymphomes-anaplasiques-a-grandes-cellules-associes-a-un-implant-mammaire

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article