Qui est coupable d'une fraude pieuse pourrait l'être également d'une fraude à faire pendre son homme

Faut-il prêter foi à cet adage voltairien? Ce rapport de la Délégation nationale à la lutte contre les fraudes (DNLF) semble en tout cas l'appliquer en évoquant sans réelle distinction fraudes involontaires et réelles malversations.

Voir : http://www2.budget.gouv.fr/directions_services/dnlf/bilan-dnlf-2010.pdf

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article