Valves aortiques par voie transcutanée : la HAS les as dans la peau!

Avis suite à l’évaluation de la mise en place des valves aortiques posées par voie transcutanée à l’issue de la période d’encadrement spécifique prévue à l’article L. 1151-1-1 du code de la santé publique. En l’état actuel des connaissances, la HAS recommande de limiter les indications des valves implantées par voie transcutanée aux patients contre-indiqués à la chirurgie après une évaluation en réunion multidisciplinaire et complète les critères d’éligibilité des centres implanteurs. En outre, la HAS insiste sur la nécessité d’informer le patient par écrit des incertitudes relatives à l’efficacité à moyen et long terme de la technique et de ses complications. Au vu des données du registre FRANCE 2, la HAS constate des implantations en dehors des indications recommandées. La HAS rappelle également la nécessité du respect de toutes les contre-indications figurant au marquage CE des dispositifs concernés et que cette technique ne doit pas être utilisée à titre compassionnel chez les patients ayant une espérance de vie inférieure à 1 an en raison des comorbidités associées ou chez les patients refusant la chirurgie alors qu’ils y sont éligibles, le remplacement valvulaire aortique chirurgical restant

Voir : http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_1109556/evaluation-de-la-mise-en-place-des-valves-aortiques-posees-par-voie-transcutanee-a-lissue-de-la-periode-dencadrement-specifique-prevue-a-larticle-l1151-1-du-code-de-la-sante-publique

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.