De l’intérêt d’habiter près d’un square ou d’un espace vert pour les petits citadins asthmatiques

Dans une étude réalisée chez des enfants citadins ayant une maladie asthmatique, des investigateurs ont comparé, sur une période de 2 semaines, le nombre de jours symptomatiques en fonction de la distance entre leur domicile et le jardin ou le parc le plus proche. Les données suggèrent que le fait de vivre à proximité d'un espace vert est bénéfique pour ces enfants, en particulier pour les plus grands. Cette étude a été menée par Kelli DePriest, infirmière en Santé publique, et le Pr Arlène Butz, pédiatre à l'hôpital Johns Hopkins University School of Medicine de Baltimore (Etats-Unis), ville sur l'Atlantique comportant 620 000 habitants (2 millions pour l'agglomération).

Les chercheurs ont questionné les patients de 196 enfants âgés de 3 à 12 ans, ayant soit consulté un service d'urgence au moins deux fois, soit été hospitalisés pour leur asthme dans l'année. Il s'agissait en majorité d'enfants issus de milieux socio-économique défavorisés, à risque élevé de mortalité liée à l'asthme. Les chercheurs ont demandé aux parents combien de jours leur enfant avait souffert de symptômes tels que dyspnée, oppression thoracique et respiration sifflante.

En parallèle, sur une carte, ils ont mesuré la distance entre le domicile de l'enfant et l'espace vert le plus proche. Il ressort que, dans cette étude, toute augmentation de distance de 300 mètres par rapport au parc augmente d'une journée la période symptomatique. Dans cette étude, les enfants vivant juste à côté d'un parc étaient symptomatiques pendant 5 jours en moyenne ; ceux vivant à 300 mètres du parc souffraient pendant 6 jours en moyenne. Chez les jeunes asthmatiques de 6 à 12 ans, le bénéfice était encore plus net.

Les auteurs pensent que la proximité d'un espace vert réduit la pression de pollution et favorise l'exercice physique, ce d'autant facilement plus que l'on grandit. Cette étude incite à ajouter ce critère de distance et/ou de fréquentation régulière d'un espace vert lors de l'interrogatoire des parents d'un enfants asthmatique. Elle procure aussi des arguments pour renforcer la demande d'espaces verts auprès des municipalités, afin d'optimiser la santé de ses habitants…

Véronique Canac

Référence
DePriest K et coll. : Access to greenspace and asthma symptoms in urban children with persistent asthma. European Respiratory Society International congress (Milan) : 9 - 13 septembre 2017.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article