Repérer l’anxiété de l’enfant qui va être opéré

Chez l’enfant, plusieurs études ont démontré une forte corrélation entre l’anxiété préopératoire d’une part, et la douleur et les complications neurocognitives (confusion et comportements postopératoires désadaptés) d’autre part. De fait, les interventions qui réduisent l’anxiété préopératoire préviennent la survenue de ces complications et améliorent la récupération postopératoire. Le trait de caractère « anxiété » qui est associé à la survenue de l’anxiété au cours des situations anxiogènes, est mal évalué par les questionnaires habituellement utilisés. Les auteurs se sont penchés sur les performances d’échelles utilisées dans l’évaluation de la douleur (présentation de visages) chez l’enfant pour détecter un trait « anxiété » en amont de l’acte chirurgical.

Lors d’une étude prospective observationnelle conduite en France de novembre 2015 à mai 2016 (1), il a été demandé à une cohorte de 207 enfants (ASA I–III) âgés de 8 à 18 ans, de quantifier leur anxiété à la maison avec une échelle visuelle de visages développée par Bieri (2), avant la visite pré-anesthésique soit plusieurs jours avant l’acte chirurgical. Il leur a également été demandé de répondre à la question suivante : « Quel est votre degré d’anxiété à la maison et dans votre existence ? » en utilisant l’échelle des visages dont le sourire signifie absence d’anxiété et les pleurs signifient anxiété maximale. Ont été exclus les patients relevant d’une chirurgie urgente, ou présentant un déficit neurocognitif connu ou bien classés ASA IV-V. Les enfants ont également répondu au questionnaire portant sur le trait « anxiété » en salle d’attente de la consultation pré-anesthésique, à l’aide de la State-Trait Anxiety Inventory (STAI). Les valeurs optimales des échelles visuelles de visages ont été établies et testées auprès d’une cohorte de validation composée de 91 patients.

Un outil simple de détection du trait « anxiété »

Le trait « anxiété » était présent chez 30 % des enfants et 70 % des enfants possédant le trait « anxiété » on été repérés à partir de valeurs ≥ 2, et 80 et 90 % des enfants ne possédant pas le trait « anxiété » ont été repérés pour des valeurs < 4 et 6, respectivement. La valeur optimale de l’échelle visuelle de visages a été de 4 avec une sensibilité de 0,61 [intervalle de confiance à 95 % [IC 95 %] 0,59, 0,62] et une spécificité de 0,82 [IC 95 % 0,81, 0,3]. Le seuil de 4 permet de repérer 61,3 % des enfants possédant le trait « anxiété » et 82,1 % de ceux ne l’ayant pas. Lorsque ce seuil a été appliqué aux deux cohortes de construction et de validation, 61,3 et 44,4 % des positifs étaient des vrais positifs et respectivement 82,1 et 81,3 % des négatifs étaient des vrais négatifs.

Le deuxième objectif de l’étude était de voir s’il existait une corrélation entre le trait « anxiété » et l’état d’anxiété. Effectivement, les valeurs des échelles de visage ont différé significativement entre les enfants possédant le trait « anxiété » et ceux ne le possédant pas (médiane : 4 [0–10] vs 0 [0–10], respectivement ; P < 0,0001). Une proportion très importante des enfants possédant le trait « anxiété » a développé un état d’anxiété par rapport aux autres (50 % vs 7 %).

Cette étude qui visait essentiellement à repérer le trait « anxiété » plus que l’état d’anxiété qui fluctue par nature, a permis de valider la performance d’une simple échelle visuelle de visages pour mesurer l’anxiété préopératoire des enfants âgés de 8 à 18 ans et de pouvoir agir en conséquence en la diminuant.

Dr Bernard-Alex Gaüzère

Références
1) Bellon M et coll. : Validation of a simple tool for anxiety trait screening in children presenting for surgery.
Br J Anaesth (2017) 118 (6): 910-917.

2) Bieri D et coll. : The Faces Pain Scale for the self-assessment of the severity of pain experienced by children: development, initial validation, and preliminary investigation for ratio scale properties. Pain 1990; 41:139–50

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.