Réagir

Vos réactions (2)

  • Les français crèvent de leur bureaucratie ..

    Le 11 janvier 2021

    Et ils en crèvent LITTERALEMENT : 2 semaines de retard = 14 jours de retard = 14 x 200 deces /j = 2800 morts évitables injustifiées = 1 World Trade Center bureaucratique grâce à nos élites rond-de-cuiresques incompétentes réfugiées dans les tours d'ivoire d'où elles pondent leurs directives UBUESQUES, en laissant aux acteurs de terrain déjà surchargés le soin de nettoyer leur m....

    Oui les français CREVENT BIEN de ces bureaucrates qui n'auront jamais à répondre de leur INCOMPETENCE (je les attends au tribunal s'ils osent...). Je précise que je suis médecin en EHPAD et que je viens de passer mon week-end entier à préparer la vaccination de mes résidents, notre ARS ayant balancé les vaccins avant même de savoir COMBIEN DE DOSES IL FALLAIT et demerdez-vous, on veut qu'ils soient vaccinés avant-hier, on a nos carrières à protéger parce que Président Manu n'est pas content ... UBUESQUE n'est pas une exagération, le mot est choisi, nous sommes VERITABLEMENT AU PAYS DU N'IMPORTE QUOI.

    Dr Pierre Baque

  • Responsabilité politique ou administrative ? (Au Dr P Baque et au Dr Krabanski)

    Le 11 janvier 2021

    Au Dr P Baque: je partage votre constat d'une inquiétante difficulté/incapacité de notre système administratif de santé à gérer cette épidémie depuis le mois de mars. Mensonges, lourdeur, incohérences, retards à répétition émaillés ces 10 derniers mois. Cela m'évoque ce que l'on disait et constatait de la bureaucratie soviétique (santé comprise) dans les dernières années du régime soviétique, pourtant moins pesant politiquement.

    Mais il ne me parait pas légitime de faire de tous les fonctionnaires de notre système de santé les "bouc-émissaires" de cette gestion hasardeuse de la crise que nous vivons. Je pense que la majorité d'entre eux assument au mieux possible les tâches qui leur sont confiées, dans le respect de leur hiérarchie et des directives qu'ils reçoivent. Ce qui est en cause, c'est la volonté obsessionnelle de tous les politiques nationaux et de la haute administration depuis 30 ans de réduire les couts et de contrôler les soignants, considérés comme les grands responsables de l'envol des dépenses de santé, sans prendre en considération une technicité croissante et couteuse.

    Si cette "défaite" nous conduit collectivement à repenser les bases des chaines de décision pour plus de confiance aux acteurs de terrain et aux citoyens, nous aurons fait un grand pas.

    Au Dr Krabanski: j'ai écouté vos interventions dans l'émission "Interdit d'interdire". Vous nous avez concédé les "cafouillages" constatés par les français et par des observateurs étrangers. Pour vous, ils ne sont pas le fait du gouvernement mais de l'administration qui complexifie, ralentit, modifie ses ordres et directives. Vous n'avez sans doute pas entièrement tort. Mais, sans doute naïvement, il me semble que dans une démocratie en bonne santé, nos représentants élus (députés et président) et le gouvernement qui en est issu conduisent la politique du pays, en particulier en situation de crise et pour réformer l'administration s'il en est besoin. Vous êtes un militant actif et semble t-il écouté (au moins pendant la campagne présidentielle) de LREM pour les thèmes relatifs à la santé. Cette sclérose, tous les soignants la déplorent depuis bien des années, vous aussi semble t-il. Il est dommage que vous n'ayez pas été écouté ou peut être que vous ne l'ayez pas dit assez fort et clairement pour être entendu. Quoiqu'il en soit, il est difficile de croire que notre président, qui réunit un conseil de défense hebdomadaire et qui dispose et use du pouvoir fort que lui donne la constitution de la Véme république ne connaisse pas et ne puisse pas faire sauter certains verrous et précautions "ubuesques". Que dirait on d'un général qui perdrait une bataille car incapable de faire exécuter par ses troupes son plan de bataille?

    Dr Vincent Prarolan

Réagir à cet article