Un risque d’AVC majoré en cas de ménopause précoce

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) sont la 2ème cause de mortalité dans le monde. Les hommes et les femmes sont sujets à différents types d’événements vasculaires cérébraux : les femmes sont plus à risque de présenter une hémorragie sous-arachnoïdienne que les hommes qui ont, quant à eux, un risque plus élevé d’AVC ischémique, transitoire, ou hémorragique intra-parenchymateux.

La transition vers la ménopause est marquée par des changements hormonaux majeurs accompagnés de symptômes multiples tels que des troubles du sommeil, une dysfonction vasomotrice, une augmentation du risque de syndrome métabolique et de majoration de la rigidité artérielle. Des études récentes ont mis en évidence un lien entre ménopause précoce et risque cardiovasculaire accru, incluant le risque d’AVC.

Ces études observationnelles, en plus d’être sujettes à confusion et de ne pas permettre de conclure quant à la causalité de l’association, se sont majoritairement intéressées à l’association entre AVC et âge de la ménopause sans analyser le risque relatif des différents types d’AVC. Par ailleurs, une étude récente n’a pas trouvé de lien de causalité entre l’âge de la ménopause naturelle et le risque de maladie cardiovasculaire.

Afin d’évaluer l’association entre l’âge à la ménopause et les différents types d’AVC, et estimer les potentiels facteurs causaux, une étude de grande ampleur a été réalisée.

Une cohorte de plus de 200 000 femmes ménopausées

Cette étude a utilisé les données de 2 cohortes qui ont inclus chacune plus de 500 000 personnes : l’European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition-Cardiovascular Diseases (EPIC-CVD), et de l’United Kingdom BioBank (UKB). Concernant l’analyse actuelle, les femmes éligibles devaient être ménopausées et sans antécédent d’AVC à l’inclusion. L’âge de ménopause a été défini par l’âge au moment des dernières règles en cas de ménopause naturelle, ou celui au moment de l’ovariectomie ou de l’hystérectomie en cas de ménopause chirurgicale.

L’étude a évalué la survenue d’un AVC fatal ou non ; à l’aide des codes de l’International Classification of Diseases, Tenth Revision, ont été distingués les : AVC ischémique, AVC hémorragique, hémorragie intra-cérébrale ou hémorragie sous-arachnoïdienne. Si 2 AVC survenaient chez une même personne, seul celui survenu en premier au cours du suivi était évalué.

Pour étudier la relation entre l’âge à la ménopause et le risque d’AVC, le calcul du Hazard Ratio (HR) du risque d’AVC a été fait par tranches d’âge de 5 ans, considérant comme référence l’âge entre 50 et 55 ans. Le HR a été évalué pour différents sous-groupes en fonction du tabagisme, de l’IMC, de l’HbA1c, de la cholestérolémie, d’une hypertension artérielle (HTA), de la prise d’un traitement hormonal de la ménopause (THM) et de l’âge des ménarches.

Augmentation du risque en cas de ménopause avant 50 ans

Au total 204 244 femmes ménopausées d’âge moyen de 58,9 (ET 5,8) ans ont été incluses dans l’analyse observationnelle, 7 883 à partir de l’étude EPIC-CVD et 196 361 à partir de l’UKB. L’âge médian de la ménopause était de 47,8 (ET 6,2) ans : 49,8 ans pour la ménopause naturelle et 41,9 ans pour la ménopause chirurgicale. Parmi elles, 51,3 % avaient un antécédent d’HTA, 33,3 % avaient fumé et la moitié avaient utilisé un THM au cours de leur vie.

Le suivi médian était de 12,6 ans (IQR 11,8-13,3) au cours duquel 6 770 femmes ont présenté un AVC parmi lesquels 5 155 étaient ischémiques et 1 615 hémorragiques. Le risque d’AVC augmentait par tranche de 5 ans avant l’âge de ménopause de référence avec un HR à 1,09 tout type d’AVC confondus : HR = 1,09 pour les AVC ischémique, HR = 1,1 pour les AVC hémorragiques et les hémorragies intra-cérébrale. Il n’a pas été retrouvé d’association significative entre l’âge à la ménopause et le risque d’hémorragie sous-arachnoïdienne. Les analyses en sous-groupes n’ont pas mis en évidence de différence significative à ces résultats.

Lors de l’utilisation d’une analyse de randomisation mendélienne (n=195 636), aucune association statistiquement significative entre l’âge à la ménopause et le risque de tout type d’AVC n’a été mise en évidence, suggérant l’absence de relation causale. 

Ainsi, dans cette analyse à grande échelle, une ménopause à un âge inférieur à 50 ans est associée de façon linéaire à un risque d’AVC plus élevé. Même si la randomisation mendélienne n’est pas en faveur d’un lien de causalité, celui-ci ne peut-être définitivement exclu. L'âge à la ménopause peut néanmoins être considéré comme un marqueur important des maladies cardiovasculaires chez les femmes.

Dr Marine Beaumont

Référence
Tschidere L, Peters S.A.E, Van der Schouw Y.T, et al. Age at Menopause and the Risk of Stroke: Observational and Mendelian Randomization Analysis in 204 244 Postmenopausal Women. J Am Heart Assoc. 2023 Sep 19;12. Doi: 10.1161/JAHA.123.030280.

Copyright © 2023 JIM SA. Tous droits réservés.

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article