L’exposition aux solvants organiques, associée à un risque accru de SEP

Selon une étude publiée dans Neurology, les personnes exposées à la peinture, au vernis et à d’autres solvants organiques et qui sont porteuses de gènes de susceptibilité à la sclérose en plaques (SEP) pourraient être beaucoup plus à risque de développer la maladie que celles qui sont soit seulement exposées aux solvants soit sont seulement porteuses de gènes impliqués dans la SEP.

Lors de leurs travaux, les chercheurs sont partis de l'hypothèse que différentes sources d'irritation des voies respiratoires peuvent contribuer à déclencher une réaction immunitaire au niveau pulmonaire et, par la suite, mener au développement de la SEP en cas de susceptibilité génétique à la maladie. C'est ainsi qu'ils ont étudié l'influence de l'exposition aux solvants organiques sur le risque de SEP, ainsi qu'une interaction potentielle entre les solvants organiques et les variants du gène HLA.

Pour l'étude, les chercheurs ont identifié 2 042 patients ayant récemment reçu un diagnostic de SEP et les ont comparés à 2 947 témoins du même âge et du même sexe. Des tests sanguins ont été réalisés afin de déterminer si les participants avaient l'un des deux variants du gène HLA, l'un rendant plus susceptible de développer la SEP et l'autre réduisant le risque de SEP. Il a également été demandé aux patients s'ils avaient été exposés à des solvants organiques, de la peinture ou du vernis et s'ils avaient déjà fumé.

L'exposition aux solvants organiques a été associée à une augmentation du risque de SEP de 50 % (odds ratio : 1,5 ; intervalle de confiance à 95 % : 1,2-1,8 ; p = 0,0004).

Des patients sept fois plus à risque

Les patients exposés à des solvants et porteurs du gène les rendant plus vulnérables à la SEP ont été trouvés presque sept fois plus à risque de développer la maladie que les patients non exposés aux solvants et non porteurs de ce gène.

Chez les fumeurs, le risque est encore plus élevé. Les fumeurs exposés aux solvants et porteurs du gène qui augmente le risque de SEP sont 30 fois plus susceptibles de développer la maladie que ceux qui n'ont jamais fumé ou été exposés aux solvants et qui n'ont pas de facteur de risque génétique.

Les chercheurs ont estimé que l'association du gène impliqué dans la SEP avec l'exposition aux solvants était responsable d'environ 60 % du risque de développer la SEP.

Selon les auteurs, les différents facteurs ont un effet combiné beaucoup plus important que lorsqu'ils sont isolés. Ces résultats supportent l'hypothèse selon laquelle l'exposition aux solvants et le tabagisme pourraient favoriser une inflammation pulmonaire et une irritation, susceptibles d'entraîner une réaction immunitaire, qui pourrait se propager ensuite au niveau du système nerveux central. Néanmoins, les auteurs estiment que d'autres recherches sont nécessaires pour le confirmer.

Afin de limiter le risque de SEP, ils recommandent d'éviter la fumée de cigarette et l'exposition inutile aux solvants organiques, et surtout l’association des deux.

Caroline Vrancken

Références
Hedström AK et coll. : Organic solvents and MS susceptibility
Interaction with MS risk HLA genes. Neurology 2018 ; publication avancée en ligne le 13 juillet. DOI : 10.1212/WNL.0000000000005906.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article