L’exemple rare d’un SEIPA chez un enfant allaité

Le SEIPA (syndrome d’entérocolite induite par les protéines alimentaires), ou FPIES en anglais, est une allergie alimentaire non IgE médiée. Elle se caractérise par des vomissements profus associés à de la pâleur et/ou une léthargie, apparaissant dans un délai de 1 à 3 heures après l’ingestion de l’aliment en cause. Des formes chroniques de SEIPA existent aussi et se manifestent par des vomissements et/ou une diarrhée et un retard de croissance. Ces formes chroniques sont plus rares, mais aussi de diagnostic plus difficile.

Il est admis que le lait maternel a un effet protecteur contre la survenue d’un SEIPA. Quelques exemples de SEIPA chez des enfants exclusivement allaités ont pourtant été décrits.

C’est le cas d’une observation rapportée par une équipe espagnole. Il s’agissait d’un nourrisson de 2 mois, adressé aux urgences pour des symptômes associant pâleur, tachycardie, tachypnée et léthargie, survenus 1 heure après un vomissement. Le bilan a révélé une acidose métabolique, une neutrophilie, une thrombocytose, un taux de CRP à 1,2 mg/dl et de procalcitonine à 0,09 ng/ml. Un problème infectieux a alors été initialement suspecté et une antibiothérapie empirique instituée.

Des antécédents maternels indicateurs

Cependant, à l’interrogatoire, la mère de l’enfant a rapporté des antécédents personnels d’asthme et de sensibilisation aux acariens, une allergie aux fruits de mer et une maladie cœliaque. Elle suivait donc un régime d’exclusion du gluten et des fruits de mer. Elle a aussi précisé que l’enfant avait été allaité 45 minutes avant l’apparition des signes cliniques et 1 heure après qu’elle ait elle-même consommé des corn flakes pour son petit déjeuner. Elle s’est aussi rappelée avoir constaté, chez son enfant, des épisodes de distension abdominale, de selles glaireuses et d’irritabilité.

L’ensemble de ces éléments évoquait de ce fait un épisode aigu sévère de SEIPA et il a été conseillé à la mère un régime d’exclusion des produits laitiers pendant que l’enfant recevait une formule d’acides aminés. L’allaitement a été repris 2 semaines plus tard et l’enfant n’a pas, par la suite, présenté de nouveaux symptômes et a repris une croissance normale sous allaitement exclusif.

Le lait de vache est l’aliment le plus souvent impliqué dans le SEIPA, mais les cas chez les enfants exclusivement allaités sont rares. Il se présente sans doute initialement sous forme chronique, de diagnostic difficile. Ici, les manifestations antérieures décrites par la mère (distension abdominale, irritabilité, etc.) ont permis à l’équipe d’évoquer le diagnostic, confirmé par la résolution des symptômes après l’exclusion du lait de vache du régime maternel. Il est souvent conseillé d’exclure aussi le soja, mais le SEIPA au soja est rare en Espagne, contrairement à ce qui est constatée dans certains autres pays comme les États-Unis. Quant aux aliments solides, les principaux responsables varient selon les habitudes alimentaires régionales, poisson en Espagne, riz aux Etats-Unis et en Australie.

L’allaitement maternel doit être fortement encouragé chez les enfants présentant un SEIPA. Si nécessaire, un hydrolysat extensif de caséine peut être proposé, ou, en cas de mauvaise acceptation, une formule à base d’acides aminés.

Dr Roseline Péluchon

Référence
Vergara Perez I. et VLa Sexto L. Suspected severe acute food protein-induced enterocolitis syndrome caused by cow's milk through breast milk. Ann Allergy, Asthma Immunol 2018 ; 121 : 245-246.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article