Prévalence accrue d’anévrismes aortiques dans la polykystose rénale

La polykystose rénale est une maladie autosomique dominante qui affecte environ un individu sur 1 000. Elle est associée à une prévalence élevée d’anévrismes intracrâniens qu’il est recommandé de dépister et de traiter. En revanche, peu d’études ont été consacrées aux autres localisations artérielles (comme par exemple les anévrismes de l’aorte)  susceptibles d’être associées à la maladie rénale polykystique.

C’est la raison pour laquelle Bouleti et coll. ont comparé les diamètres de l’aorte (mesurés au niveau des sinus de Valsalva et de l’aorte tubulaire ascendante) de 61 patients qui avaient une polykystose rénale à ceux de sujets contrôle qui leur étaient appariés pour le sexe, l’âge, la pression artérielle et la présence d’un traitement par les bêtabloquants.

Les 61 patients consécutifs qui ont été inclus entre 2008 et 2016 et les sujets contrôle ont tous bénéficié d’une échocardiographie. Les diamètres de l’aorte, au niveau des sinus de Valsalva et de l’aorte tubulaire ascendante, ont été mesurés en fin de la diastole.

L’âge moyen des  patients était de  56 ± 12 ans ;  54 % d’entre eux sont des hommes ;  la pression artérielle moyenne était de 137 ± 25 // 78 ± 19 mm Hg ;  38 % étaient traités par les bêtabloquants.

Diamètre aortique significativement plus important au niveau du sinus de Valsalva et de l’aorte ascendante

Au niveau du sinus de Valsalva, le diamètre aortique était significativement plus important chez les patients atteints de polykystose rénale que chez les sujets contrôle (36,4 ± 4,1 vs 34,0 ± 3,7mm ; p < 0,0001).

Les scores-Z (normalisés pour le sexe, l’âge et la surface corporelle) étaient significativement plus élevés chez les patients atteints de maladie rénale polykystique, pour ce qui est, tout à la fois du diamètre aortique mesuré au niveau des sinus de Valsalva et du diamètre aortique mesuré au niveau de l’aorte tubulaire ascendante.

De plus, un anévrisme de l’aorte défini par un score-Z supérieur à 2 déviations standards était présent chez 27 patients (44 %) vs 9 sujets contrôle (15 %) (p < 0,001).

Ainsi, chez les patients présentant une polykystose rénale on note une prévalence accrue d’anévrismes de l’aorte par rapport aux sujets contrôle appariés en fonction des facteurs confondants de dilatation aortique.

Dr Robert Haïat

Référence
Bouleti C et coll. : Risk of Ascending Aortic Aneurysm in Patients With Autosomal Dominant Polycystic Kidney Disease. Am J Cardiol., 2019; 123: 482−488.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article