Absence d’effet sur la croissance d’une supplémentation en zinc

L’altération de la croissance et l’anémie sont courantes dans les pays à bas revenus, entre autres raisons du fait de carences en micronutriments dont le zinc et le fer. Le zinc est impliqué dans le métabolisme de l’ADN et de l’ARN et de ce fait module la réplication et la différentiation cellulaire et la croissance. Sa carence entraîne de multiples troubles et une supplémentation a un impact positif modeste sur la croissance linéaire. Cependant, les méta-analyses destinées à l’objectiver sont caractérisées par une grande hétérogénéité des études, en particulier quant à l’administration du zinc, isolée ou associée à d’autres micronutriments. D’autre part, il a été préconisée d’ajouter du zinc à la réhydratation pour le traitement des diarrhées.

Pour répondre à ces incertitudes, une étude sous l’égide de plusieurs universités américaines a été conduite au Laos dans le but d’évaluer une stratégie de supplémentation pour améliorer la croissance et le statut en micronutriments. L’essai contrôlé sur 3 407 enfants âgés de 6 à 23 mois, issus de districts ruraux, a consisté à administrer par tirage au sort soit un placebo ou 7 mg/j de zinc ou une poudre de micronutriments (zinc 10 mg, fer 6 mg et 13 autres) ou 20 mg/10 jours de zinc en cas de diarrhée. Les enfants ont été suivis 9 mois. Les paramètres anthropométriques, les taux d’hémoglobine, de zinc et de fer ont été enregistrés au début et à la fin de l’essai. Les analyses ont été faites en intention de traiter par régression de Poisson.

Un peu moins d’anémie

Au départ, l’âge moyen des enfants était de 14, 2 ± 5,1 mois, la prévalence du retard de croissance staturo-pondéral (Z-score < -2DS) de 37,9 % et d’anémie (Hb < 11 g %) de 55,6 %. En fin d’essai, la prévalence du déficit en zinc (défini par un taux < 65 µg/dL) était réduite à 60 % dans le groupe supplémenté en zinc, à 67 % dans le groupe micronutriments contre 85 % dans le groupe supplémenté seulement au cours des diarrhées et dans le groupe placebo (P < 0,001). La poudre de micronutriments a réduit le taux de carence en fer en comparaison des autres groupes de 44 % à 55 % (P < 0,001) mais sans impact global sur l’anémie (P = 0,14) et parmi les enfants présentant une anémie au départ, celle-ci a eu tendance à diminuer de 11 %-16 % (P=0,06). En revanche, ces différentes supplémentations n’ont eu aucun impact sur les retards de croissance demeurant à 37,1 % à 41,3 % selon les groupes (P=0,37).

Ainsi, en dépit d’une amélioration du statut en zinc, le traitement préventif par le zinc et par une poudre à base de micronutriments n’a pas d’impact sur la croissance. L’administration de micronutriments améliore le statut en fer et tend à réduire l’anémie chez les enfants anémiques.

Pr Jean-Jacques Baudon

Référence
Barffour MA et coll. : Effects of daily zinc, daily multiple micronutrient powder, or therapeutic zinc supplementation for diarrhea prevention on physical growth, anemia, and micronutrient status in rural Laotian children: a randomized controlled trial. J Pediatr., 2019: 207: 80-89.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article