Fruits, légumes et mortalité, pas besoin d’en rajouter !

La consommation régulière de fruits et de légumes est fortement encouragée depuis longtemps dans le monde dans le but de réduire le poids de la maladie cardiovasculaire (MCV) et de bien d’autres maladies chroniques, source de décès prématurés et de handicaps divers. Cinq fruits ou légumes a servi de mantra dans les messages de prévention primaire ou secondaire adressés au grand public dès le début des années 90 aux Etats-Unis comme en Europe avec un succès très relatif.

Par la suite, c’est un mode de vie globalement plus sain qui a été privilégié autant par l’OMS que le National Health Service (NHS) britannique tout en incitant à consommer plus de fruits et de légumes sur la foi d’études qui ont établi des relations de type dose-effet entre les quantités consommées et la mortalité. Cependant, force est de reconnaître que ces relations reposent sur des bases assez fragiles. Les méta-analyses qui les ont prises en compte ont d’ailleurs abouti à des résultats pas toujours très concordants, notamment pour ce qui est de la quantité optimale à absorber pour optimiser le bénéfice qu’il soit cardiovasculaire ou autre. Le chiffre cinq doit-il être sacralisé, diminué ou augmenté ? Si l’on passait à dix par jour, peut-on en attendre un plus (ou un moins…) en termes de mortalité ? Certains sous-groupes de fruits ou de légumes sont-ils plus profitables que d’autres du fait de leur composition différente ?

Les questions posées sont nombreuses et les résultats de deux études de cohorte prospectives bien connues méritent d’être rapportés, respectivement la Nurses' Health Study (1984-2014) dans laquelle ont été incluses 66 719 infirmières et la Health Professionals Follow-up Study qui a inclus 42 016 professionnels de santé de sexe masculin. Tous les participants étaient indemnes de MCV, de cancer et de diabète à l’état basal.  Les habitudes alimentaires ont été explorées à l’aide de questionnaires spécifiques semi-quantitatifs validés et remplis initialement puis tous les 2 à 4 ans. Ces études ont été complétées par une méta-analyse qui a ajouté ces deux cohortes à 24 cohortes ayant fait l’objet de publications antérieures, l’objectif étant de préciser la relation dose-effet.

Cinq fruits et légumes par jour suffisent

Au cours du suivi, ont été dénombrés  33 898 décès. Une analyse multivariée avec ajustement en fonction des facteurs de confusion potentiels et connus a mis en évidence une relation inverse non linéaire entre la consommation de fruits/légumes et la mortalité tant globale que spécifique (par cancer, MCV ou maladie respiratoire chronique) (pnon linéaire < 0,001 dans les quatre cas de figure). La mortalité la plus faible a été atteinte avec la dose de cinq fruits ou légumes et au-delà de ce seuil, aucun bénéfice supplémentaire n’a été mis en évidence. Par rapport à la consommation quotidienne de référence (deux/jour), le fait de consommer cinq fruits ou légumes par jour conduit à  une mortalité globale plus faible, le hazard ratio (HR) étant estimé à 0,87 (intervalle de confiance à 95 % IC 95 % 0,85-0,90) et il en est de même pour la mortalité spécifique (HR compris entre 0,65 et 0,90).

La méta-analyse qui a suivi a conforté ces résultats sur une plus grande échelle, 145 015 décès ayant été dénombrés chez 1 892 885 participants : ainsi, le risk ratio correspondant à la consommation de cinq fruits et légumes a été ainsi estimé à 0,87 [IC 95 % 0,85-0,88]; p non linéaire < 0,001). Aucun effet particulier n’a pu être attribué aux divers sous-groupes de fruits ou légumes qui se sont avérés équivalents, à l’exception des féculents.

Ainsi l’efficacité du lapidaire « cinq légumes ou fruits par jour » en tant que brevet de moindre mortalité se trouve-t-elle confortée par les résultats de ces deux études de cohorte prospectives et la grande méta-analyse qui les a incluses. Au-delà, il y a plateau et les suppléments sont sans effet significatif …

Dr Catherine Watkins

Référence
Wang DD et coll. : Fruit and Vegetable Intake and Mortality: Results From 2 Prospective Cohort Studies of US Men and Women and a Meta-Analysis of 26 Cohort Studies. Circulation. 2021 : 27; 143(17):1642-1654. doi: 10.1161/CIRCULATIONAHA.120.048996.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • 5 fruits et légumes

    Le 20 mai 2021

    Il serait également intéressant de comparer "5 fruits et légumes en agriculture conventionnelle" versus "5 fruits et légumes en agriculture biologique" (fertilité, cancers, maladies dégénératives...).

    Dr Jean-Jacques Perret

Réagir à cet article