La grande bouffe, c’est fini (oui aux beignets de tomates vertes ?)

Paris, le lundi 14 décembre 2020 - Non, cet article ne présente pas de films mais un petit bouquin, à mettre dans toutes les mains.

Diabète, obésité, maladies cardio-vasculaires, cancers : on sait à quel point la façon de manger (et bouger) dans les pays occidentaux est délétère. Pour améliorer la santé des populations, la lutte contre la sédentarité et la « malbouffe » est un levier fondamental.

Le bon, la flûte et le merlan

C’est ainsi que Santé publique France active depuis plusieurs années le fameux PNNS (programme national nutrition santé) dont les recommandations ont été actualisées en 2019 pour prendre en compte les dernières évolutions scientifiques, les expositions aux contaminants et - pour la première fois- l’impact environnemental. Ces nouvelles données sont intégrées dans le fascicule* « 50 petites astuces pour manger mieux et bouger plus » qui vient d’être publié. Graphisme rétro, couleurs douces et variées, phrases courtes, vers, jeux de mots, recettes express et conseils simples font l’intérêt de ce nouvel outil révélateur des progrès de l’Agence en matière de communication grand public.

L’eau à la bouche ?

Au menu donc : davantage d’achats locaux, plutôt bio, en marche à pied ou à vélo… sans oublier l’utilisation du Nutriscore. Moins de viande (en préférant la volaille), plus de légumes secs, de féculents complets et côté liquide, c’est l’eau du robinet. Classés dans les boissons sucrées, les jus de fruits (même purs) ne participent pas aux 5 apports de fruits et légumes journaliers. Bref, on y trouve beaucoup d’idées, plus ou moins alléchantes.

Enfin, le guide renvoie au site mangerbouger.fr et sa trop méconnue « fabrique à menus ». Ceux qui resteraient sur leur faim car seulement deux pages sont consacrées à la promotion de l’activité physique cliqueront sur le menu « bouger plus ».

Professionnels de santé (généralistes en tête), de la petite enfance, de l’éducation ou travailleurs sociaux, chaque acteur de l’éducation sanitaire trouvera des ressources sur le site mangerbougerpro, où sont rappelées notamment les conditions de prescription de l’activité physique. En attendant la prescription du « panier déjeuner sain » ?


Pour commander des guides : Edif@santepubliquefrance.fr

Dr Blandine Esquerre

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article