Mesurer l’épaisseur du quadriceps des patients en réanimation grâce à l’échographie

Chez les malades gravement atteints, l'atrophie musculaire est synonyme de mauvais pronostic car elle contribue à la myopathie de réanimation qui frappe 50 à 10 % des patients survivants. L'échographie du quadriceps est une méthode pratique d’évaluation de l'atrophie musculaire, bien que sa fiabilité soit encore sujette à caution. D’où l’intérêt de cette étude d'observation qui a porté sur des patients devant rester plus de 7 jours en Réanimation : son objectif principal était de mesurer la fiabilité intra et inter-observateurs de cette technique. L’objectif secondaire se proposait d'évaluer l'évolution du quadriceps au cours des trois premières semaines après l'admission en réanimation et son association avec l'apport nutritionnel.

L'épaisseur du quadriceps en échographie a été mesurée à l'aide d'une sonde linéaire de 12 MHz, par deux médecins formés, à J1, J3, J5, DJ et J21. Cette mesure a été faite sur le milieu ou sur les deux tiers de la longueur entre la colonne iliaque supérieure antérieure et le bord supérieur de la rotule (Figure 1). La fiabilité intra et inter-observateurs a été évaluée en calculant le coefficient de corrélation intra-classe (ICC).

Une bonne fiabilité inter et intra-opérateurs

Au total, 280 mesures d'épaisseur du quadriceps ont été effectuées chez 29 patients gravement atteints. L'ICC de la fiabilité intra-observateur a été de 0,74 [intervalle de confiance à 95 % IC à 95 % : 0,63 à 0,84] au « milieu » et de 0,83 [IC à 95 % : 0,75 ; 0,9] aux site « deux tiers ». L'ICC de la fiabilité inter-observateurs a été de 0,76 [IC à 95 %, 0,66 à 0,86] au site "milieu" et de 0,81 [IC à 95 %, 0,7 à 0,9] au site "deux tiers". L'épaisseur du quadriceps a diminué de plus de 16 % au cours de la première semaine suivant l'admission en Réanimation. Par contre, aucune corrélation n'a été trouvée entre la perte musculaire et la dette calorique (p = 0,96) ou protéique (p = 0,80) durant la première semaine.

Mieux dépister les patients à risque de séjour prolongé en réanimation

L'évaluation par échographie de l'épaisseur du quadriceps fémoral montre donc une bonne corrélation intra- et inter-observateurs et constitue une méthode fiable au chevet du patient pour diagnostiquer et surveiller la perte musculaire aiguë chez les patients gravement atteints. La mesure au site "deux tiers" semble apporter une meilleure précision que la mesure au site "point médian".

La question est de savoir quoi faire, en pratique clinique, d’un tel résultat qui n’est guère surprenant…

D'un point de vue conceptuel, l'évaluation de la masse musculaire chez les patients gravement malades peut aider à détecter ceux à risque et à prédire l'issue, étant donné qu'une faible masse musculaire squelettique a été souvent été indépendamment associée à une ventilation mécanique prolongée, à une durée de séjour prolongée en Réanimation et en hôpital et à la mortalité. De plus, le suivi de la masse musculaire pendant le séjour en soins intensifs pourrait permettre d'identifier plus précisément les patients qui bénéficieraient le plus d'interventions nutritionnelles adaptées.

Figure 1 – mesure échographique de l’épaisseur du quadriceps fémoral.
-    A : Diagramme anatomique localisant le site « du milieu » et le site des deux-tiers (Wikimedia Commons).
-    B : Section transverse sur le site du milieu. RF : rectus femoris ; VL : vastus lateralis ; VM : vastus medialis ; VI : vastus intermedius.

Dr Bernard-Alex Gaüzère

Référence
Pardo E, El Behi H, Boizeau P, Verdonk F, Alberti C, Lescot T : Reliability of ultrasound measurements of quadriceps muscle thickness in critically ill patients. BMC Anesthesiol., 2018; 18(1):205. doi: 10.1186/s12871-018-0647-9.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article