Produits laitiers, antibiotiques et composition corporelle durant la diversification alimentaire

Les premières années de vie sont déterminantes pour la mise en place du microbiote intestinal. L’alimentation lactée des tous premiers mois de vie est associée à un microbiote intestinal dans lequel prédominent les bifidobactéries. La diversification alimentaire constitue ensuite une étape cruciale dans le développement du microbiote. Celui-ci se transforme, s’enrichit et se diversifie progressivement. Rappelons que le rôle du microbiote intestinal ne se limite pas aux fonctions digestives. Les nombreux travaux qui lui ont été consacrés au cours des dernières années ont permis de mettre en lumière son rôle essentiel dans la constitution et le fonctionnement du système immunitaire.
 
Pour en savoir plus sur les liens entre la consommation des différents groupes d’aliments, le profil du microbiote fécal et la composition corporelle durant cette période de diversification alimentaire, une équipe australienne a enrôlé 50 enfants, âgés de 6 mois à 24 mois. Un questionnaire alimentaire était adressé aux parents et le profil du microbiote fécal des enfants attesté par séquençage. Parallèlement, la composition corporelle était évaluée par impédancemétrie et absorptiométrie biphotonique à rayons X.

Une corrélation positive avec la graisse corporelle

L’analyse des données montre que l’âge de l’enfant est le facteur prédictif le plus solide de la composition du microbiote, avec des groupes de communautés bactériennes positivement associées à l’âge. Une autre communauté bactérienne est identifiée, constituée de genres bactériens fortement associés à l’indice de masse grasse, et comprenant des bifidobactéries.

La consommation de produits laitiers présente une double association : avec le microbiote d’abord, par une corrélation négative avec les Bacteroïdes, et avec la composition corporelle ensuite, par une corrélation positive avec l’indice de masse grasse. Par ailleurs, la consommation d’antibiotiques au cours du premier mois de vie est fortement corrélée à la composition corporelle et est associée à une augmentation de 3,5 % de la graisse corporelle et à une élévation de l’indice de masse corporelle moyen.

Dr Roseline Péluchon

Référence
Smith-Brown P et coll. : Microbiota and Body Composition During the Period of Complementary Feeding. J Pediatr Gastroenterol Nutr. 2019 Sep 17. doi: 10.1097/MPG.0000000000002490. Publication avancée en ligne.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article