Un risque de carence en fer quand l’IMC est élevé entre 1 et 3 ans

L’obésité et le déficit en fer sont des troubles nutritionnels communs. L’un et l’autre exposent à des conséquences tardives sur la santé, syndrome cardio-métabolique pour l’obésité et anomalies neuro-développementales pour le fer. Une méta-analyse portant sur 26 études a conclu à une association entre surpoids et carence martiale à tous les âges. Néanmoins, sur les 17 concernant les enfants, seules deux ont inclus des sujets de moins de 5 ans. L’hypothèse a été émise que l’augmentation de synthèse de l’hepcidine, une cytokine pro-inflammatoire produite par le foie et le tissus adipeux peut contribuer à réduire la charge en fer. Le dosage de la C-réactive protéine, qui peut mettre en évidence une inflammation de bas grade, influe sur la sensibilité du dosage de la ferritine.

Des pédiatres de Toronto ont examiné l’association entre l’indice de masse corporelle (IMC) exprimé en Z-score pour l’âge et le sexe et le déficit en fer défini par un taux de ferritine inférieur à 12 µg/L, entre un et trois ans, âge électif de la carence martiale. L’influence d’une inflammation de bas grade définie par un taux de CRP entre 1 et 9 mg/L a été prise en compte en raison de sa présence possible en cas d’obésité. Les enfants avec une CRP ≥ 10mg/L ont été exclus car elle pouvait traduire une inflammation systémique. Les sujets ont été recrutés dans 9 centres de santé en excluant ceux souffrant d’une maladie chronique, d’une infection aiguë, d’un retard de croissance ou prenant des médicaments à base de fer.

Les IMC les plus élevés sont associés aux taux de ferritine les plus bas

Des analyses de régression à variables multiples ont permis de prendre en compte les paramètres nutritionnels et socio-économiques et d’explorer les associations entre le score d’IMC (Z-IMC), le taux de ferritine et la carence en fer (ferritine < 12 µg/L). Les sujets ont été classés en 2 groupes selon le taux de CRP normal (≤1 mg/L) ou montrant une inflammation de bas grade (> 1mg/L à < 10mg/L).

Au total, 1 607 enfants ont été inclus, 20 % avaient un Z-IMC >1 : 13 % avaient une carence en fer et 18 % une inflammation de bas grade. En analyse de régression linéaire, l’association entre IMC et taux de ferritine (en variable continue), a été évaluée : les IMC les plus élevés étaient associés aux taux les plus bas de ferritine (-1,51 µg/L, intervalle de confiance à 95 % IC -2,23, -0,76, P < 0,0001) et à une augmentation du risque de carence martiale (Odds Ratio OR 1,28 IC 1,10-1,50 P=0,002). Il n’a pas été mis en évidence d’interaction entre Z-IMC et CRP en analyse de régression linéaire ajustée (P = 0,79) et par régression logistique (P = 0,43). Cependant, les enfants avec une inflammation de bas grade, indépendamment du poids, avaient un taux médian de ferritine plus élevé que ceux avec une CRP normale (32 mg/L [IIQ 22-42 mg/l] vs 22 mg/l [IIQ 15-33 mg/L], P < 0,0001).

En conclusion, les indices de masse corporelle les plus élevés sont associés à une augmentation du risque de carence martiale chez les enfants de un à trois ans.

Pr Jean-Jacques Baudon

Référence
Sypes EE et coll. : Higher body mass index is associated with iron deficiency in children 1 to 3 years of age. J Pediatr., 2019; 207: 198-204.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article