U = U, cela vaut aussi pour les couples gays

La phase 1 de l’étude PARTNER, menée sur 75 sites dans 14 pays européens, a montré que le risque de transmission du VIH était nul dans un couple hétérosexuel sérodifférent, ayant des rapports non protégés, dont le partenaire séropositif était sous traitement anti-rétroviral, avec une charge virale < 200 copies/ml. La méthodologie de l’étude ne permettait pas toutefois de conclusion formelle concernant les couples gays.

Ce doute a conduit à la phase 2 de l’étude, PARTNER 2, menée uniquement sur des couples gays sérodifférents. Au total 782 couples ont été inclus, fournissant 1 593 couple-années de suivi, avec un suivi médian de 2 ans et un « comptage » de 76 088 rapports anaux sans préservatifs. Les hommes séropositifs étaient traités par antirétroviraux comprenant au minimum une trithérapie. Leur charge virale était dans 96 % des cas < 50 copies/ml et dans 4 % des cas entre 50 et 200 copies/ml. Dans la cohorte, 37 % des hommes séronégatifs rapportaient avoir eu des rapports anaux non protégés en dehors du couple.

Quinze séroconversions…hors du couple

Le suivi confirme que le traitement antirétroviral avec charge virale nulle protège le partenaire séronégatif de la transmission du VIH. En effet, 15 séroconversions sont survenues pendant le suivi parmi les séronégatifs, mais l’analyse virologique phylogénétique montre qu’aucune de ces transmissions ne s’est faite dans le couple, mais plutôt lors de rapports hors-couple. En l’absence de traitement antirétroviral, les auteurs estiment que, sur la durée de l’étude, il y aurait pu avoir environ 472 séroconversions, en se basant sur la durée du suivi, la fréquence des rapports, et seulement pour des rapports réceptifs sans préservatifs.

Les données montrent que, comme dans l’étude PARTNER 1 pour les couples hétérosexuels, la suppression de la charge virale par le traitement antirétroviral s’accompagne d’un risque nul de transmission du VIH dans les couples gays. Elles renforcent la validation du message de la campagne U = U (Undetectable = Untransmittable), qui souligne les bénéfices du dépistage précoce et du traitement contre le VIH.

Dr Roseline Péluchon

Références
Rodger AJ et coll. : Risk of HIV transmission through condomless sex in serodifferent gay couples with the HIV-positive partner taking suppressive antiretroviral therapy (PARTNER): final results of a multicentre, prospective, observational study. Lancet 2019, publication avancée en ligne le 2 mai. doi: 10.1016/S0140-6736(19)30418-0.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Excellent article

    Le 12 mai 2019

    Merci pour ce résumé très clair des résultats des études PARTNER1 et PARTNER2.
    L'un des meilleurs articles que j'ai lu sur ce sujet !

    Philippe Merle

Réagir à cet article