FA et BPCO en phase terminale, mauvais présage

La BPCO est l'une des principales causes mondiales de morbidité et de mortalité et la quatrième cause de décès en importance dans le monde. Ces patients sont plus susceptibles de présenter des comorbidités que les autres, probablement via l'inflammation, car de nombreuses comorbidités sont associées à l'activation des voies d'inflammation connues. La fibrillation auriculaire (FA) est l'arythmie chronique la plus courante en pratique clinique. La prévalence et l'incidence de la FA ont augmenté au cours des dernières années, et ces augmentations sont associées à une morbidité et une mortalité cardiovasculaires accrues. La BPCO est associée indépendamment à la FA, avec  un risque plus de quatre fois supérieur de développer une FA.

Une étude portant sur plus d’un million de patients

Cette étude rétrospective visait à évaluer la prévalence de la FA chez les patients hospitalisés pour une exacerbation de BPCO en phase terminale et qui recevaient au préalable une oxygénothérapie de longue durée à domicile (OLD). C’est le registre national américain qui a été consulté (Nationwide Inpatient Sample). Tous les patients âgés de plus de 18 ans, admis à l’hôpital  de 2003 à 2014 aux États-Unis ont été inclus, soit le nombre considérable de 1 345 270 patients dont 244 488 (18,2 %) présentaient une FA. L’analyse multivariée a étudié les associations éventuelles de la FA avec les paramètres cliniques, le coût, la durée de l’hospitalisation et le devenir des patients.

Une forte augmentation de la prévalence de la FA en 10 ans

Il en ressort que la prévalence de la FA a fortement augmenté de 12,9 % en 2003, à 21,3 % en 2014 (p < 0,0001) et qu’elle varie selon l'âge, le sexe (moins de femmes que d’hommes), l’ethnie, les revenus, le type d'assurance et la région d’hospitalisation. L'âge avancé (57,7 % des patients en FA étaient âgés de plus de 75 ans versus 34,7 % chez ceux indemnes de FA), le sexe masculin, la race blanche, un revenu élevé et un hôpital de grande capacité d’hospitalisation ont été associés à une probabilité accrue de FA. La présence de FA s’est avérée être prédictive de risque de décès à l'hôpital (Odds Ratio OR 1,54 ; intervalle de confiance à 95 % IC 95 %, 1,45-1,65), d'insuffisance respiratoire aiguë (OR 1,09 ; IC 95 %, 1,06-1,12), de ventilation mécanique invasive (OR 1,37 ; IC 95 %, 1,29-1.47), mais également de recours à la ventilation mécanique non invasive (OR 1,14 ; IC 95 %, 1,09-1,18), d’insuffisance rénale aiguë (OR 1,09 ; IC 95 %, 1,04-1,13), de septicémie (OR 1,23 ; IC à 95 %, 1,10-1,37), d’AVC (OR 1,80 ; IC à 95 %, 1,40-2,32). La FA a également été, sans surprise, associée à une augmentation du coût et de la durée du séjour.

Et les auteurs de nous inciter à redoubler d'efforts pour déterminer les raisons de l'augmentation de la prévalence de la FA et à développer de meilleures stratégies de prise en charge des patients atteints de BPCO au stade terminal et de FA, une association particulièrement mortifère.

Dr Bernard-Alex Gaüzère

Référence
Xiao X, Han H, Wu C, He Q, Ruan Y, Zhai Y, Gao Y, Zhao X, He J. : Prevalence of Atrial Fibrillation in Hospital Encounters With End-Stage COPD on Home Oxygen: National Trends in the United States. Chest. 2019; (5): 918-927. doi: 10.1016/j.chest.2018.12.021.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article