Intoxication alcoolique des adolescents : attention à l’allongement du QT

L’intoxication alcoolique est devenue un problème courant parmi les adolescents, responsable de consultations aux urgences et d’hospitalisations. Fréquemment, une tachycardie et une hypotension sont observées, dues à l’hypovolémie et la vasodilatation.

De surcroît, l’alcool induit des troubles métaboliques (hypoglycémie, hypokaliémie, hypernatrémie et hyperchlorémie) qui peuvent être responsables d’arythmie cardiaque et de décès. Ces faits plaident pour la pratique d’un électrocardiogramme (ECG) systématique car l’allongement de l’espace QT prédispose les patients aux troubles du rythme.

Une étude observationnelle néerlandaise

Une étude rétrospective a été réalisée à l’Hôpital de Delft qui a enrôlé 317 adolescents de 10-18 ans, à l’exception de ceux atteint de cardiopathie, admis dans le service des urgences en 2009-2019. Leur âge médian était de 16 ans (intervalle interquartile 1 an), aucun n’avait moins de 12 ans ; 57 % étaient des filles ; 32 (10 %) prenaient des médicaments susceptibles d’allonger l’espace QT.

Le taux d’alcoolémie moyen était de 1,9 ± 0,6 g/L. La recherche de toxiques dans les urines a été positive pour 34 d’entre aux (10,7 %).

Des troubles électrolytiques étaient parfois associés: hyperchlorémie (39 %), hypokaliémie (24 %), hypocalcémie (18,5 %), hypernatrémie (7,6 %). Pour chaque adolescent, un ECG 12 pistes a été enregistré. Dans 34 cas (10,7 %) un ECG de référence enregistré 1 an avant ou après l’intoxication était disponible.

Les intervalles RR et QT ont été automatiquement mesurés en fonction de l’âge et du sexe selon un algorithme préalablement validé. L’intervalle QT corrigé (QTc) a été calculé à la fois selon la formule de Bazett (QTcB) et celle de Fridericia (QTcF) car la précédente sur-corrige le QT en cas de tachycardie.

Des variations du QTc

Parmi ces adolescents, 13,3 % avaient un QTcB et 7,9 % un QTcF plus long que le 95e centile spécifique au sexe et à l'âge. Le rythme cardiaque était plus rapide chez les filles : 93 vs 84/mn (p<0,001).

Il n’existait pas de différence significative de l’intervalle QT (344 ms vs 346 ms) de telle sorte que le QTcB était plus long chez les filles (422 ms vs 404 ms, p<0,001), la différence demeurant significative avec la correction de Fridericia QTcF (393 ms vs 384 ms p=0,008).

Ce résultat n’était pas modifié par la stratification selon l’âge. La proportion d’adolescents dont le QTc était au-dessus de la valeur seuil ne différait pas selon le sexe : filles 11% vs garçons 16,9% (p=0,13).

La prise de médicaments allongeant le QT ne modifiait pas la proportion d’adolescents au-dessus du seuil (13,7 % vs 12,5 %). Aucun adolescent n’avait un QTc >500 ms, quelle que soit la formule utilisée mais 11,8 % de ceux disposant d’un ECG de référence avaient un allongement du QTcB de plus de 60 ms, mais pas du QTcF. La prolongation du QTc était principalement attribuable à l’accélération du rythme cardiaque.

La probabilité d’allongement du QTc était augmentée dans le sexe masculin et en cas d’hypokaliémie.

En conclusion, l’enregistrement d’un ECG est recommandé au cours des intoxications éthyliques des adolescents. L’arrêt des médicaments allongeant le QT et la correction des hypokaliémies sont aussi préconisés.

Pr Jean-Jacques Baudon

Référence
de Veld L, van der Lely N, Hermans BJM, et al. QTc prolongation in adolescents with acute alcohol intoxication. Eur J Pediatr. 2022 Jul;181(7):2757-2770. doi: 10.1007/s00431-022-04471-2. Epub 2022 Apr 28. PMID: 35482092; PMCID: PMC9192465.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article