Le vaccin anti-HPV prévient le cancer du col utérin entre 15 et 24 ans

Le vaccin contre les papillomavirus humains [HPV] a mis beaucoup plus de temps à prouver un effet préventif sur le cancer que sur les lésions précancéreuses du col de l’utérus. En 2020, une étude a montré une réduction du risque de cancer invasif du col chez les femmes suédoises vaccinées, plus importante en cas de vaccination avant 17 ans (1). Cette année, une étude, rapportée dans une lettre de recherche, a constaté une diminution de l’incidence et de la mortalité du cancer du col chez les femmes nord-américaines de 15 à 24 ans depuis l’introduction du vaccin anti-HPV en 2006 (2).
 
Cette étude épidémiologique a été conçue de façon à se passer de données individuelles sur le statut vaccinal des femmes incluses. Utilisant des bases de données sur les cancers et la mortalité aux USA, ses auteurs ont calculé les incidences et les mortalités du cancer du col aux âges de 15 à 24 ans, de 25 à 29 ans, et de 30 à 39 ans au cours des années 2001-2017, puis ils ont comparé la période 2010-2017, vaccinale, à la période 2001-2005, pré-vaccinale.

De 2001 à 2017, 0,68, 5,47 et 12,60 femmes sur 100 000 ont reçu un diagnostic de cancer du col aux âges de 15-24 ans, 25-29 ans et 30-39 ans, respectivement ; et 0,06, 0,57 et 1,89 femmes sur 100 000 sont décédées d’un cancer du col aux âges de 15-24 ans, 25-29 ans et 30-39 ans, respectivement. Ces différences d’incidence et de mortalité selon l’âge résultent du délai nécessaire à la transformation des cellules infectées par le HPV en cellules cancéreuses… mais pas seulement !

Baisse d’incidence et de mortalité liée au cancer du col plus marquée entre 15 et 24 ans que pour les âges plus avancés

Comparativement aux années 2001-2005, pré-vaccinales, les incidences du cancer du col à 15-24 ans, 25-29 ans et 30-39 ans ont diminué durant les années 2010-2017 de 38 %, 16 % et 8 %, respectivement (p <0,001 pour les trois). Simultanément, les mortalités par cancer du col de 15 à 24 ans et de 30 à 39 ans ont diminué de 43 % (p = 0,002) et 5 % (p > 0,05), respectivement, mais la mortalité de 25 à 29 ans a augmenté de 4 % (p > 0,05). Le différentiel des âges de 15-25 ans avec les âges de 25-29 ans est de 22 % pour l’incidence et de 47 % pour la mortalité (p < 0,001 pour les deux), et, avec les âges de 30-39 ans, de 30 % pour l’incidence (p < 0,001) et de 38 % pour la mortalité (p = 0,004).

Au total, l’incidence et la mortalité du cancer du col ont relativement plus diminué entre 15 et 24 ans qu’à des âges plus avancés. La vaccination anti-HPV est une explication plausible, car la couverture vaccinale est plus élevée dans cette tranche d’âge. D’autres explications sont possibles : le dépistage, des changements des comportements sexuels (premiers rapports plus tardifs, protégés).

En raison de sa conception « écologique », cette étude a un niveau de preuve inférieur à celui de l’étude réalisée en Suède, citée plus haut (1). Elle ne suggère un effet préventif du vaccin anti-HPV qu’à des âges où le cancer du col est naturellement rare, et elle n’exclut pas d’autres explications. En revanche, elle est plus facile à reproduire.

Dr Jean-Marc Retbi

Références
1. Lei J et coll. : HPV vaccination and the risk of invasive cervical cancer. N Engl J Med 2020 ; 383 : 1340-1348
2. Tahibi T et coll. : Human papillomavirus and trends in cervical incidence and mortality in the US. JAMA Pediatr., 2021 ; publication avancée en ligne le 29 novembre. Doi : 10.1001/jamapediatrics.2021.4807

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article