La télémédecine racontée par les pionniers

Paris, le mercredi 24 mars 2021 - A l’époque, au début du nouveau siècle, la télémédecine évoquait au pire un repoussoir symbolisant le spectre de la déshumanisation, au mieux des expérimentations locales en mal de coordination. Mais quelques pionniers avaient pour leur part déjà perçu le potentiel unique de la télémédecine pour améliorer la qualité des soins et notamment le suivi des patients atteints de maladie chronique ou nécessitant une surveillance rapprochée.

Dialyse et AVC : une prise en charge améliorée

A l’hôpital de Saint-Brieuc, le docteur Pierre Simon, néphrologue, a d’abord dû convaincre ses confrères et collègues de la pertinence de son projet. Mais grâce à sa formation complémentaire en droit, il dépasse les différents écueils juridiques associés à la mise en place du dispositif.

Ainsi, dès 2001 crée-t-il une application de suivi des patients insuffisants rénaux chroniques traités par hémodialyse. Aujourd’hui, le système est tellement ancré dans la pratique que son utilisation est recommandée par la Haute autorité de Santé (HAS). De l’autre côté de la France, le professeur de neurologie Thierry Moulin préside au lancement d’un programme proche : il s’agit grâce à la téléconsultation de permettre dans toutes les unités neurologiques l’accès 24h24 et 7j/7 à un neurologue afin d’accélérer et d’améliorer la prise en charge des AVC. Bientôt, les succès de ce dispositif séduisent d’autres départements.

Cas cliniques

Forts de leur expérience, Pierre Simon et Thierry Moulin vont devenir à l’échelon national des ambassadeurs de la télémédecine signant plusieurs rapports destinés à orienter les décideurs publics. Par ailleurs, Pierre Simon fonde la Société française de télémédecine à laquelle participe dès sa création Thierry Moulin. Sensibiliser aux enjeux de la télémédecine et convertir les pouvoirs publics à ces dispositifs constitueront alors leur principal mot d’ordre.

L’ouvrage qu’ils publient aujourd’hui Télémédecine et télésoin : L’essentiel pour pratiquer aux éditions Le Coudrier s’inscrit dans la continuité de leur action. Le fil conducteur est en effet de démontrer aux praticiens combien, au-delà des situations d’urgence, tel qu’a pu être l’épidémie de Covid, la télémédecine peut contribuer à profondément améliorer l’accès aux soins. L’exemple donné de l’expérience de l’archipel Saint-Pierre Miquelon offre une belle illustration de ce principe.

L’ouvrage est également un véritable guide pratique, tant technique que médical. Il est en effet enrichi de plusieurs cas cliniques, qui permettent de dépasser les considérations pratiques et légales préliminaires.

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.