Testez vos connaissances sur la consommation de cannabis en France et dans les pays occidentaux [Quiz]



1/5

A propos de l’évolution de la prévalence de la consommation de cannabis en France, choisissez la bonne réponse:

Bonne réponse !

Mauvaise réponse !

Bonne réponse: A

Si vous avez choisi la réponse A

VRAI. En France, depuis 1992, la part des personnes de 18 à 64 ans ayant consommé au moins une fois dans l’année a augmenté de manière continue, passant de 4 % à 11 % en 2017. Concernant plus spécifiquement les dernières tendances (période 2014-2017), on constate une stabilisation des consommations, tant sur l’usage dans l’année que sur l’usage régulier (c’est-à-dire une consommation de cannabis au moins 10 fois au cours du mois), déclaré par 3,6 % de la population en 2017.

Si vous avez choisi la réponse B

FAUX. Le cannabis est la première substance illicite la plus consommée en France, la deuxième étant la cocaïne.

Si vous avez choisi la réponse C

FAUX. La part des adultes ayant expérimenté le cannabis (c’est-à-dire ayant consommé au moins une fois dans leur vie) a progressé de 13 % en 1992 à 45 % en 2017.Cette évolution témoigne d’une augmentation de la diffusion du produit au sein de la population.

Sources:

Huitième édition de "Drogues, chiffres clés", publiée en 2019 par l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT). https://www.ofdt.fr/BDD/publications/docs/DCC2019.pdf
Les niveaux d’usage des drogues illicites en France en 2017. Résultats du Baromètre santé 2017 de Santé publique France relatifs aux usages de substances psychoactives illicites et leurs évolutions en population adulte. https://www.ofdt.fr/BDD/publications/docs/eftxssyb.pdf

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article