Où l’on reparle d’association entre vaccination anti grippale et infection à SARS-CoV-2

Parallèlement à l’efficacité démontrée des vaccins ciblant la protéine de pointe du SARS-CoV-2, des études observationnelles ont suggéré que la vaccination antigrippale pouvait apporter un certain degré de protection contre la Covid-19. Une vaste méta-analyse de 16 études ayant inclus 290 327 participants, a montré que le fait d’avoir été vacciné contre la grippe était associé à un risque moindre d’infection par le SARS-CoV-2, l’Odds ratio (OR) s’établissant à 0,86 (CI à 95% : 0,81- 0,91).

D’autres publications ont indiqué une relation inverse entre les taux de vaccination antigrippale et de mortalité par Covid. Les mécanismes physiopathologiques qui sous-tendent cette relation sont probablement divers et encore mal connus. Il est possible qu’il existe également un biais de « vaccination en bonne santé », les individus sains avec de bons comportements en matière de santé et d’hygiène ayant un taux de vaccination plus élevé.

Une nouvelle étude a voulu préciser l’association entre vaccination antigrippale et Covid-19, en incluant le nombre d’examens de santé périodiques en soins primaires effectués préalablement (PHE), en tant que paramètre interférant.

Une très large étude de cohorte observationnelle


Elle a porté sur les dossiers médicaux informatisés de 2 279 805 individus de plus de 66 ans (femmes 54,2 %, âge moyen (SD) 75,08 (7,21) ans) de la province canadienne de l’Ontario. Deux périodes ont été étudiées : (1) 2019-2020 incluant toutes les vaccinations antigrippales effectuées du 1er octobre 2019 jusqu’au 30 mars 2020 et (2) 2020-2021 incluant celles du 1er octobre 2020 au 31 mars 2021, avec un suivi respectivement jusqu’au 30 septembre 2020 et au 30 avril 2021.

Les paramètres analysés ont été la positivité des tests PCR pour le SARS-CoV-2 au moins 14 jours après une vaccination contre la grippe, les taux d’hospitalisations et de décès associés à la Covid, ainsi qu’un paramètre composite combinant les deux, tenant compte de nombreuses variables (sexe, âge, domicile urbain ou rural ainsi, accès aux soins médicaux reflété par le nombre de consultations médicales effectuées l’année précédente). Les analyses statistiques ont été effectuées à l’aide un modèle Cox à hasard proportionnel ainsi que des analyses post hoc afin de mettre en évidence un possible biais de « vaccin chez les sujets sains ».

Une relation inverse


Durant la période 2019-2020, 1 229 487 (53,9 %) sujets furent vaccinés contre la grippe, et 1 266 939 (57,8 %) durant la seconde phase. En 2019-2020, la vaccination anti grippale a été négativement associée à la survenue d’une infection à SARS-CoV-2 (aHR 0,78 [CI : 0,73- 0,84]), comme pour la période 2000-2021, avec (aHR 0,76 [CI : 0,74- 0,78]).

Une relation inverse fut aussi mise en évidence concernant les hospitalisations dues à la Covid (aHR 0,83 [CI : 0,75-0,93]) et 0,65 (CI : 0,64-0,71), et la mortalité spécifique (aHR 0,74 [CI : 0,62-0,87]) et 0,58 (CI : 0,53-0,63). L’analyse du critère composite aboutit à des résultats similaires.
Biais du « vacciné sain »

Il faut remarquer durant la première phase une fréquence des tests PCR significativement plus élevée chez les vaccinés (aOR 1,05 [CI : 1,04-1,08]) alors que l’inverse est noté dans la seconde phase (aOR 0,91 [CI :0,90-0,92]). De plus, avoir préalablement bénéficié d’examens de santé a été significativement associé à un risque moindre d’infection Covid (aOR 0,85 [CI : 0,78-0,91]), à une baisse des hospitalisations et des décès comparativement aux participants n’ayant pas eu d’examens de santé dans l’année précédente.

Au total, ce travail confirme qu’une vaccination anti grippale pendant les campagnes vaccinales 2019-2020 et 2020-2021, a été associée à une baisse de 22 à 24 % du risque de survenue d’une infection à SARS-CoV-2, de 17 à 32 % des hospitalisations liées et de 27 à 42 % de la mortalité spécifique durant les 2 premières années de la pandémie.

Le fait d’avoir bénéficié préalablement d’examens de santé a également abaissé ces risques. Ce constat peut témoigner d’un effet « vaccination du sujet sain » et conduire à une surestimation des associations. Il est possible que les sujets en bonne santé se soumettent plus facilement aux recommandations annuelles portant sur le calendrier vaccinal.

Des études ultérieures devront à ce propos examiner les effets de la vaccination en conditions de vie réelles. Les limites de ce travail tiennent au fait qu’il n’a pas été possible d’identifier les patients non testés, que les hospitalisations ont pu relever d’autres motifs et que des erreurs de classification ont pu se produire. Surtout, il importe de préciser qu’il s’agit d’une étude observationnelle, avec un risque de facteurs confondants non mesurés.

Dr Pierre Margent

Référence
Hosseini-Moghaddam SM, He S, Calzavara A, Campitelli MA, Kwong JC. Association of Influenza Vaccination With SARS-CoV-2 Infection and Associated Hospitalization and Mortality Among Patients Aged 66 Years or Older. JAMA Netw Open. 2022 Sep 1;5(9):e2233730. doi: 10.1001/jamanetworkopen.2022.33730. PMID: 36169955.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article