Adapter la prophylaxie anticoagulante en fonction de l’ethnie en chirurgie

La gravité potentielle de la maladie thrombo-embolique (MTE) après chirurgie lourde justifie pleinement une prophylaxie, à la fois par des bas de contention et par la pharmacologie. Mais celle-ci est diversement appliquée selon les régions du monde, les Asiatiques semblant beaucoup moins exposés à ce risque, au point que la prophylaxie par héparines de bas poids moléculaire (HBPM) est bien souvent ignorée au Japon. Des auteurs de Boston ont cherché à évaluer le risque de MTE et celui d’hémorragies chez des populations d’origine caucasienne et asiatique.

Ils ont donc, sur un registre national états-unien regroupant plus de 4 000 hôpitaux, repris les dossiers des adultes ayant subi, entre 2000 et 2014, l’une des interventions suivantes, colectomie, gastrectomie, hépatectomie, pancréatectomie, en tenant compte d’autres variables, tels que l’indice de masse corporelle et la durée opératoire, sources possibles de biais, comme aussi l’âge, le sexe, la présence d’un cancer, les pathologies associées, la survenue d’infections postopératoires, les troubles de la coagulation préexistants, le type de chirurgie (colectomie totale par ex.), la durée de séjour.

Le critère de jugement a été la survenue dans les 90 j postopératoires de MTE (phlébite profonde ou embolie pulmonaire) ou d’hémorragie ou hématome nécessitant une transfusion.

Ils ont étudié 781 388 dossiers, dont 78 % de patients blancs, 10 % de Noirs, 7 % d’Hispaniques, et 2,13 % d’Asiatiques. Les plus de 60 ans comptaient pour 63 % des opérés blancs, vs 61% des asiatiques (et 48 % des hispaniques).

Plus de thromboses pour les Noirs et les Blancs, davantage d’hémorragies pour les Asiatiques

L’analyse brute des résultats montre un taux de MTE plus élevé chez les Blancs (1,96 %) et les Noirs (2,74 %) que chez les Hispaniques (1,73 %) et les Asiatiques (1,03 %). A l’inverse, le risque hémorragique, qui évolue autour de 2,6 % dans les autres groupes ethniques, culmine à 3,6 % chez les Asiatiques.

Après ajustement en fonction des facteurs évoqués, il reste que le risque de MTE est maximum chez les Noirs, important chez les Blancs et diminué par rapport à ces derniers de 20 % chez les Hispaniques et de 50 % chez les Asiatiques, ceci restant vrai pour les 4 interventions envisagées. Ces derniers, en revanche, ont un risque hémorragique majoré de 40 % par rapport aux Blancs, surtout après colectomie et hépatectomie.

Le rapport risque/bénéfice de la prophylaxie anticoagulante 3 fois plus élevé chez les asiatiques doit conduire pour eux à une adaptation des doses, voire à une suppression des HBPM.7

Dr Jean-Fred Warlin

Références
Chen Y-W et coll. : Should all patients receive the same prophylaxis ? Racial variation in the risk of venous thromboembolism after major abdominal operations. Am J Surgery ; 2021;222(5):884-889. doi: 10.1016/j.amjsurg.2021.05.020.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article