Avenir de la pédopsychiatrie : une « catastrophe annoncée » ?

Interview de Geneviève Avenard, Defenseur des enfants, adjointe du défenseur des droits

Depuis dix ans, à intervalles réguliers, professionnels et institutions dénoncent le naufrage de la pédopsychiatrie française… sans qu’aucune autorité ne propose de mesures fortes pour y remédier. 

Il y a quelques semaines, le Défenseur des enfants, Geneviève Avenard tirait à son tour la sonnette d’alarme avec un rapport, qui mettait en évidence les difficultés majeures de cette discipline.

Pour faire un point sur l’avenir de la pédopsychiatrie et évoquer les pistes d’amélioration, le JIM est allé à sa rencontre.

Réagir

Vos réactions (2)

  • Un lent mais inexorable abandon

    Le 28 novembre 2018

    Après moult formations (en cours d'internat et d'assistanat) personnelles et payées de ma poche, j'ai pris un poste de médecin-chef de psychiatrie, adultes et enfants, en province en 1971: on manquait déjà de pédopsychiatres! Cela ne s'est pas amélioré. En cause : tout le monde: les dirigeants qui ont toujours tenu la psychiatrie comme la branche la plus négligée de la médecine, et les mentalités, dont celle des médecins moi aussi je veux mes week-ends, dits il y a quelques années à la télé par un jeune médecin), la longueur des études, la difficulté du non droit à l'erreur, bref le manque de motivation ... Par contre je dis à la Défenseur des enfants qu'il n'y a pas que les enseignants chercheurs capables de former à la pédo-psychiatrie: je l'ai fait, quand il y avait encore des internes en psychiatrie...(avant 1985).. j'ai quelques idées, mais en parler à qui?

    Dr René Touly

  • Les séquelles du lacanisme fanatique

    Le 29 novembre 2018

    Là comme ailleurs, la France paie les séquelles de la psychanalyse, surtout dans sa forme "lacanisme fanatique" dont ont été responsables ses praticiens et ses "enseignants" par la suite. Il en existe encore malheureusement et ils sont d'autant plus nuisibles qu'ils donnent une piètre image d'une discipline qui mérite beaucoup mieux.

    Dr Jean Pierre Huber

Réagir à cet article