Déserts médicaux et jeunes médecins : que penser des nouvelles incitations à l’installation ?

Interview du Dr Laure Dominjon, présidente de ReAGJIR (Regroupement autonome des généralistes jeunes installés et remplaçants en France).

Alors que les besoins en soins ne cessent d’augmenter, près de 9 % des Français vivent dans une commune sous-dense en médecins généralistes (rapport de la DREES, Direction de la recherche, des études, des évaluations et des statistiques). Face à cette situation, de nouvelles mesures viennent d’être mises en place telles que le contrat de début d’exercice (CDE) ou l’augmentation du numérus clausus.

Laure Dominjon, présidente de ReAGJIR* (Regroupement autonome des généralistes jeunes installés et remplaçants en France) analyse ces incitations à l’installation dans les territoires sous dotés en offre de soins au regard des attentes des jeunes médecins.

*Qui se réunit en congrès les 3 et 4 juin à Orléans

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article