Déserts médicaux et jeunes médecins : que penser des nouvelles incitations à l’installation ?

Interview du Dr Laure Dominjon, présidente de ReAGJIR (Regroupement autonome des généralistes jeunes installés et remplaçants en France).

Alors que les besoins en soins ne cessent d’augmenter, près de 9 % des Français vivent dans une commune sous-dense en médecins généralistes (rapport de la DREES, Direction de la recherche, des études, des évaluations et des statistiques). Face à cette situation, de nouvelles mesures viennent d’être mises en place telles que le contrat de début d’exercice (CDE) ou l’augmentation du numérus clausus.

Laure Dominjon, présidente de ReAGJIR* (Regroupement autonome des généralistes jeunes installés et remplaçants en France) analyse ces incitations à l’installation dans les territoires sous dotés en offre de soins au regard des attentes des jeunes médecins.

*Qui se réunit en congrès les 3 et 4 juin à Orléans

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.