Harcèlement moral des internes : un phénomène tabou mais endémique

Interview du Dr Marie Brunel, médecin généraliste remplaçante, Bordeaux


Chapitres


Malgré des alertes répétées ces dernières années et de ses conséquences négatives sur ses victimes et sur la qualité des soins le harcèlement moral dans le milieu médical demeure peu évoqué dans la littérature.

Le Dr Marie Brunel, médecin généraliste remplaçante, s’est penchée sur le sujet pour sa thèse qui a fait l’objet d’une communication au dernier congrès du Collège de la médecine générale.

Elle a étudié ce phénomène aux contours encore mal définis chez les internes en médecine générale de la ville de Bordeaux. Il est apparu qu’il était endémique et que ses responsables était essentiellement les médecins séniors…
Réagir

Vos réactions (2)

  • Crypto-wokisme ?

    Le 16 avril 2022

    La lutte contre toutes les formes de perversité est essentielle.
    Mais quel rapport avec le prétendu " patriarcat " ? Nombre de femmes sont des perverses.
    La notion d'autorité -- à ne pas confondre avec l'autoritarisme -- doit être remise à l'ordre du jour.
    N'en déplaise aux wokes, la différence des générations (et des savoirs, et des sexes) existe.
    Le professeur en sait plus que l'élève et l'expérience reste une valeur sûre.
    Le sexe n'a rien à voir là-dedans.

    Dr Alexandre Krivitzky

  • Place de la Consultation de Pathologie professionnelle ?

    Le 28 mai 2022

    La structure de recueil, soutien et prise en charge curative et préventive du harcèlement moral des internes est la Consultation de Pathologie professionnelle du CHU (Service de santé au travail qui dispose de médecins du travail et de psychologues du travail). Je suis étonnée que ce ne soit pas mentionné dans cette interview.

    Dr Catherine Lancelot

Réagir à cet article