Thérapie de conversion : faut-il légiférer ?

Interview de Laurence Vanceunebrock, députée de l'Allier

Les thérapies de conversion, qui visent à « guérir » l’homosexualité et qui consistent soit en des groupes de prières, soit en des méthodes « médicales » (thérapie d’aversion, sismothérapie…) se sont développées ces dernières années aux États-Unis mais également en France.

Dans l’hexagone, ces thérapies ne sont pas à proprement parler interdites.

Dans ce contexte, les députés Laurence Vanceunebrock (LREM) et Bastien Lachaud (LFI) ont déposé une proposition de loi qui les réprime. 

Pour le JIM, Laurence Vanceunebrock fait la lumière sur ce phénomène qu’on aurait pu croire un mauvais souvenir des romans d’Yves Navarre…

Réagir

Vos réactions (7)

  • Quelle est la compétence des députés ?

    Le 02 juin 2021

    La contrainte par la loi ! Quelle est la compétence des députés pour interdire des pratiques non contraignantes qui peuvent aider ceux qui se sont laisser entrainer et n'avaient qu'une tendance passagère presque physiologique à d'adolescence, mais passage à l'acte facilité par la médiatisation actuelle de l'homosexualité.

    Dr Joseph Mignen

  • Thérapies

    Le 05 juin 2021

    Totalement d'accord avec le Dr. Mignen qui dit l'essentiel en peu de mots. J'ajouterais qu'une psychothérapie analytique non contraignante serait préférable à tout autre recherche d'issue.

    Dr Marc Nacht

  • Inquiétant

    Le 06 juin 2021

    Les 2 commentaires ci-dessus font froid dans le dos, et j'espère ne traduisent pas la pensée de la majorité des médecins. Quand le JIM parle de therapies visant à "guérir" l'homosexualité (on parle donc bien de torture notamment par sismothérapie), ils s'offusquent d'une éventuelle interdiction? Il faudrait songer à différencier ses opinions personnelles d'un autre temps de sa pratique médicale (pour ceux qui sont médecins, M. Nacht étant psychanalyste, et donc pas docteur en médecine).

    Dr Jérôme Adda

  • Depuis quand une personne homosexuelle songe t-elle à se "convertir"?

    Le 06 juin 2021

    Rien, en Occident, avant l'arrivée du christianisme qui impose:
    - la notion de sexualité péché, et d'homosexualité à réprimer par la mort (les empereurs chrétiens Théodose);
    - la notion de "conversion".

    Tout est dit, et je suis de plus pleinement d'accord avec les les Drs Mignen et Nacht.

    Dr YD

  • Courages

    Le 06 juin 2021

    Sur le film apparaît le site de l'association "courages"
    https://couragefrance.fr/qui-sommes-nous/
    On voit aussi sur le film brièvement :
    "Tous gardent en mémoire les paroles du Pape François dans l’avion le ramenant de Rio à propos des personnes homosexuelles : « Si une personne est gay et cherche le Seigneur, fait preuve de bonne volonté, qui suis-je pour la juger ? »"

    J'ai donc été visité le site pour comprendre leur "mission".

    Courages sur son site dit explicitement qu'elle ne propose pas de thérapie de conversion, ce qui me semble tout à fait cohérent avec leur discours général, qui est réservé à un public "averti" de catholiques très croyants et traditionnels confrontés à leur homosexualité. Situation dont je comprends bien l'extrême souffrance qu'elle peut apporter: se sentir rejeté par Dieu (le Père) ne doit pas être plus facile que d'être rejeté par son propre père.

    Et Courages propose une seule solution la (non pas le slogan des années 60 ;-) la chasteté dans la passion du Christ. Elle semble aussi dire que leur "apostolat" est peu partagé dans le reste de l'église, qui promouvrait plutôt "aimez vous les uns les autres".
    Le problème y est ramené à celui plus général du sexe hors mariage.

    Personnellement, j'aurais tendance à penser qu'il serait plus logique de vouloir guérir de sa religion, notre société ayant tendance à considérer l'extrémisme religieux comme une maladie mentale (incurable ?), mais je peux admettre que cette opinion ne soit pas universellement partagée.

    Le parallèle est extrêmement violent : il est légitime, même si encore une fois on peut trouver consternant que certains n'aient pas encore compris que Dieu est mort depuis longtemps (Gott ist tot : 1882) d'être profondément religieux, c'est le passage à l'acte qui est répréhensible.
    Les thérapies de déradicalisations essayées en prison sont donc assez proche du sujet d'aujourd'hui.

    Ca me semble tout à fait dans le sens des religions chrétiennes (je ne suis pas un spécialiste) le désir n'est pas répréhensible, il est naturel, c'est par la lutte contre la réalisation de ses désirs, quand ils sont en contradiction avec les écritures, qu'on accompli son devoir de chrétien.
    C'est d'ailleurs le principe de toute société : on a le droit de vouloir ce qu'on veut, mais on n'a pas le droit de faire des choses illégales: on peut vouloir une Ferrari, on n'a pas le droit de la voler.
    Cette association "Courages" est donc hors contexte dans cet article, elle semble véritablement, à sa manière un peu choquante car non conforme aux préceptes de la moralité la plus répandue, une véritable association de soutien aux homosexuels en souffrance.

    Dr J R Werther (pas chrétien mais qui se veut tolérant envers les simples d'esprit)


  • Thérapie de « conversion »

    Le 07 juin 2021

    Je ne pense pas que le code de déontologie permette à mes confrère Mignen et Nacht de soigner des maladies qui n’existent pas. L’homosexualité n’est pas une pathologie. Avant que d’avoir été influencée pas la culture judéo-chrétienne, notre culture l’a été pas par la civilisation gréco-romaine. Du temps de Virgile on ne pensait pas à « convertir » les bergers d’Arcadie et l’on n’aurait pas imaginé la sexophobie zélée de Paul de Tarse, pas plus que celle des islamistes. « Formosum pastor Corydon ardebat Alexim, delicias domini, nec quid speraret habébat. »

    Dr Alain Fourmaintraux

  • Stigmatisant d'être chrétien...

    Le 07 juin 2021

    Il est légitime, même si encore une fois on peut trouver consternant que certains n'aient pas encore compris que Dieu est mort depuis longtemps (Gott ist tot : 1882) d'être profondément religieux.
    Nietzsche est mort, quant à Dieu, Il va bien , merci pour Lui.
    J'ai du mal à comprendre qu'il devienne stigmatisant d'être chrétien et valorisant d'être homosexuel: chacun a le droit d'être ce qu'il est dans notre beau pays de France quelles que soient ses croyances et son orientation sexuelle!

    Dr Myriam Mein-Bottini

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.